Accessibilité

Taille du texte:

Current Size: 100%

Affichage:

  • Contrasté
  • Standard

2017 ou l'éveil du printemps européen

Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Le 25 mars 1957 a été signé le traité de Rome, pierre fondatrice de l'Union européenne. Cette année, l'UE célèbre son 60e anniversaire - et contrairement aux craintes et scénarios catastrophes envisagés, cet exceptionnel projet supranational semble vivre, en ce moment,  une renaissance.

Alors que le populiste de droite Geert Wilders a fait face, aux Pays-Bas, à un vrai rejet et que le « Front national » et « Alternative für Deutschland » reculent davantage dans les sondages, l'initiative citoyenne « Pulse of Europe » trouve de plus en plus d'adeptes.

Que ce soit à Cologne, Lyon, Strasbourg, Dresde, Varsovie, Amsterdam, Londres ou Bruxelles - dans des douzaines de villes européennes se rassemblent chaque dimanche, depuis janvier, des milliers d'Européen-ne-s enthousiastes qui veulent défendre une Europe unie. Rien qu'à Berlin, ce sont jusqu'à 7 000 citoyen-ne-s, qui chaque semaine brandissent le drapeau européen.

Le mouvement européen est avant tout un mouvement de jeunesse. En effet, de plus en plus de jeunes prennent conscience de l'importance du projet européen pour la paix, l'entente entre les peuples et l'engagement commun contre les problèmes collectifs tels que le changement climatique. L'une des principales forces motrices de la plupart de ces actions de jeunes pro-européens est l'amitié franco-allemande.

L'European Youth Convention 2017 en est un bon exemple. Parmi les 150 multiplicateurs de jeunesse sélectionnés, certains anciens et actuels Jeunes Ambassadeurs OFAJ ont participé à l'élaboration d'une nouvelle constitution civile pour l'UE.

Les bases utilisées furent, de la part de l'OFAJ, la déclaration de l'EYE, le document présenté lors de la conférence COP21 et le projet OFAJ eParticipation de 2013. La quasi-totalité des propositions de l'OFAJ qui avaient été rédigées par des jeunes, dans le cadre de précédents événements, ont été introduites dans la constitution civile.

Trois des Européens les plus enthousiastes, qui ont déjà acquis des expériences franco-allemandes avec l'OFAJ et qui s'engagent maintenant pour toute l'Union européenne, nous ont accordé une courte interview, nous offrant ainsi un aperçu de l'European Youth Convention.

 

Eléonore Garnier (24 ans, française, Argenton-sur-Creuse) 

OFAJ: Comment décrirais-tu l’EYC en trois mots ?

Eléonore: « (Un) grand moment de démocratie »

OFAJ: Quel moment de l’EYC garderas-tu en mémoire ?

Eléonore: « Les dernières sessions de travail en commissions, où chacun s’est félicité du consensus adopté après de longues heures de débats. Malgré les différences d’opinions et de cultures, les débats ont toujours été très constructifs car nous étions tous motivés par la recherche du « bien commun ». Cela donne de l’espoir et montre que tout est possible en Europe si chacun fait preuve de solidarité !»

OFAJ: Quelle Europe souhaites-tu pour le futur ?

Eléonore: « Une Europe solidaire ! C’est cet esprit de solidarité que nous devons cultiver au jour le jour pour une Europe efficace, car unie dans la diversité, et forte de son union dans l’échiquier politique international.»

 

Moritz Schleicher (22 ans, allemand, Stuttgart) 

OFAJ: Comment décrirais-tu l’EYC en trois mots ?


Moritz: « Membre d’équipe, critiques, observateur »

OFAJ: Quel moment de l’EYC garderas-tu en mémoire ?


Moritz: « Le moment où, après trois sessions de travail difficile et le début de discussions très compliquées sur des questions détaillées, nous sommes arrivés à une proposition commune pour le budget européen sur le gong de fin.

 »

OFAJ: Quelle Europe souhaites-tu pour le futur ?


Moritz: « Je souhaite une Europe qui reconnaît clairement ses valeurs fondamentales de liberté et de solidarité, une Europe dans laquelle ses citoyens abordent avec courage le futur et le dessinent ensemble. Dans cette Europe, chacun devrait pouvoir décider soi-même où et dans quelle langue il souhaite travailler, comment il veut vivre, indépendamment de son origine. Notre devoir commun sera de rendre tout cela possible afin de vivre l’Europe ensemble. »

 

Maike Brakhan (23 ans, allemande, Aerzen)

OFAJ: Comment décrirais-tu l’EYC en trois mots ?

Maike: « Responsabilité. Echange. Décision. »

OFAJ: Quel moment de l’EYC garderas-tu en mémoire ?

Maike: « L’adoption de la constitution européenne dimanche matin comme une promesse démocratique qu’une partie de la Jeunesse européenne se donne à elle-même. »

OFAJ: Quelle Europe souhaites-tu pour le futur ?

Maike: « Que le 60e anniversaire du traité de Rome soit le moment pour relancer l’intégration européenne - notamment sur le plan politique. Le chemin à accomplir sera très long et très dûr, hélas, je suis lucide. Quoi qu’il en soit, elle me semble le seul moyen pour faire efficacement face à la multitude de défis à laquelle le continent européen se heurte. Sinon, ce beau projet européen restera pour toujours inachevé. »

 

Pulse of Europe et la Convention Européenne de la Jeunesse ne sont que deux exemples d'un mouvement plus large. Le plus important est que tout le monde puisse participer et agir. L'Europe ne peut fonctionner que si les citoyens sont intéressés par ce projet et ont le sentiment de pouvoir s'y investir. Notre participation est donc aujourd'hui, 60 ans après la fondation de l'Union européenne, plus que jamais nécessaire pour que l'Europe prospère à long terme

Redaction: 
Traduction: 

Attention

L’OFAJ développe des programmes qui s’inspirent des jeunes et offre la possibilité à ses Jeunes Ambassadeurs de partager leur point de vue sur ce blog. Ces contributions reflètent leur opinion personnelle.