Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Ce furent des années exaltantes ! Ce qui restera le plus présent à mon esprit sont les nombreuses rencontres et discussions avec les jeunes. Ils m’ont tant appris ! À cet égard, c’est un privilège de poursuivre ma vie professionnelle dans un environnement générationnel similaire. Par ailleurs, les équipes de l’OFAJ ont une passion et un enthousiasme très stimulants. Je leur suis reconnaissante pour leur engagement. Depuis 2009, beaucoup de choses ont été mises en place mais il est vrai que je suis particulièrement fière des résultats du travail réalisé pour diversifier les publics. Je pense en particulier aux jeunes les plus fragiles socialement ou éloignés géographiquement : ils représentent maintenant plus de 18% des bénéficiaires des programmes OFAJ. Ce travail d’ouverture ne va pas de soi si j’en crois ce que me disait récemment un anthropologue dans un trait d’humour « les programmes internationaux d’échanges de jeunes sont pensés pour générer de la reproduction sociale. Que l’OFAJ parvienne à en faire bénéficier les jeunes issus de tous les milieux est quasiment subversif ». Enfin, les contributions gouvernementales qui étaient restées stables depuis la création ont augmenté de plus de 25% en 10 ans. Ce signe de confiance des gouvernements successifs représente une avancée considérable sur laquelle l’OFAJ peut construire un avenir durable. Et pour moi, l’amitié franco-allemande restera pour toujours une Herzensangelegenheit (me tiendra toujours à coeur, ndlr).