Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Noël approche à grands pas, chargé de nombreuses traditions. Vous pouvez en découvrir dans le calendrier de l’Avent de l’OFAJ sur Instagram. Derrière la fenêtre numéro 5 se cache la Jeune Ambassadrice Indina qui vous raconte les festivités sur l’île de La Réunion. L’occasion de s’évader avant de célébrer les fêtes de fin d’année chez soi.

Pour les habitants de l’île, le début des grandes vacances d’été réunionnaises annonce le début des fêtes de fin d’année. Celles-ci coïncident avec la fête de l’abolition de l’esclavage célébrée le 20 décembre.

En cette même période, les arbres-parasols, majestueux et flamboyants, revêtent leurs manteaux rouges, tandis que les jacarandas arborent de belles couleurs violettes. C’est également la période des litchis, des mangues, ou encore des ananas Victoria. Tous ces fruits sont présents sur les étals !

À La Réunion, les fêtes de fin d’année (comme la plupart des fêtes d’ailleurs !) sont synonymes de longues soirées en famille où nous festoyons jusqu’au petit matin. La musique bat son plein jusqu’à quatre ou cinq heures, avec des sonorités locales, nationales ou internationales.

Les familles se réunissent aussi bien chez les grands-parents que sur la plage. La journée qui précède les festivités est consacrée à la décoration des lieux, à la préparation de repas gargantuesques souvent composés de mets locaux et/ou de grillades. Tout cela dans une ambiance conviviale et toujours accompagnée de musique (séga, maloya, etc.).

Au sein de notre famille, le sapin (évidemment synthétique vu la latitude !) trône généralement dans la maison dès le début du mois de décembre ou, au plus tard, au début des vacances. Parallèlement, nous commençons la décoration de la maison qui restera en place jusqu’au début du mois de janvier.

Le 24 décembre, avant le réveillon, nous mettons tous la main à la pâte, que ce soit pour dresser la table ou encore pour préparer le repas. Chacun a son rôle ! Cette préparation festive s’accompagne également de chants traditionnels et locaux de Noël (de Jacqueline Fareyrol, entre autres).

Lors de cette journée, il est de mise de ne pas trop solliciter ma mère qui s’occupe à confectionner la traditionnelle bûche de Noël composée de chocolat et de crème de marrons. Étonnant, me direz-vous ! Pourtant notre famille est une représentation typique de ce qu’est La Réunion. Notre mère est originaire du sud de la métropole, tandis que notre père, natif de La Réunion, a des origines indiennes du Tamil Nadu (métissage assuré !). Ainsi s’entremêlent des saveurs tropicales et françaises dans notre repas de Noël.

Le 25 au matin, après une longue nuit à danser et à faire la fête, nous avons la joie de trouver les nombreux cadeaux au pied du sapin.

Et ici aussi, les traditions de notre enfance ne changent pas : l’un des quatre « enfants » distribue les cadeaux, toujours un par un. Selon la consigne, on attend que la personne ait ouvert son cadeau avant la distribution du prochain.

Une fois ce beau moment passé, nous prenons un petit déjeuner léger avant le déjeuner copieux qui nous attend. Ce déjeuner-là est 100 % réunionnais avec en dessert, les litchis, notre traditionnel pâté créole (ma spécialité préférée), sans oublier la bûche de Noël.

Pour finir, je dirais que la différence la plus notable de notre Noël à La Réunion est sans aucun doute le climat. Alors qu’en métropole ou en Europe il fait un froid de canard, chez nous, les températures varient entre 30 et 37 degrés !


Indina Nice