Le Conseil Régional des Jeunes (CRJ) de Normandie est composé de 30 jeunes de 15 à 25 ans issus des cinq départements normands avec une parité filles-garçons et une représentativité sociologique (lycée, apprentissage, école supérieure, etc.). Comment est-ce que ces jeunes participent à la vie politique pendant la crise sanitaire ?

Marie Buisson : Durant cette crise sanitaire, nous, les jeunes du CRJ, avons continué à participer à la vie politique en exerçant les missions qui sont les nôtres. Ainsi, nous avons fait émerger deux propositions qui ont été votées par les élus régionaux en décembre 2020 : mise en place de « journées normandes » afin de permettre aux jeunes de découvrir leur région sur des journées dédiées et mise en place d'une plateforme qui permettra aux jeunes normands d'échanger sur leur orientation avec des étudiants et des professionnels. Malgré l’impossibilité de se regrouper du fait du contexte sanitaire dégradé, nous avons maintenu un lien en organisant une visioconférence une fois par mois pour travailler et avancer !

Le Landesjugendring Baden-Württemberg e. V. est un regroupement de 33 fédérations de jeunesse régionales, ainsi que d’associations municipales et locales de jeunesse (Stadt- und Kreisjugendringe) du Bade-Wurtemberg. Grâce à différentes actions, le Landesjugendring Baden-Württemberg encourage les jeunes de 6 à 27 ans à dialoguer avec les responsables politiques du Land. Comment les jeunes peuvent-ils participer activement et contribuer à l’action politique du Bade-Wurtemberg pendant la crise sanitaire?

Nicolas Alt : Il existe différentes formes d’engagement des jeunes dans le Bade-Wurtemberg — surtout dans les municipalités. Malheureusement, c’est encore loin d’être le cas de toutes les municipalités et villes. Bien entendu, la crise sanitaire représente un défi, mais après un an de pandémie, on a de plus en plus de moyens numériques pour impliquer les jeunes dans la politique. Il convient néanmoins de rappeler que cela ne s’est pas produit dès le début de l’épidémie et que les jeunes se sont longtemps sentis délaissés. 

Quelles propositions fait le CRJ afin de donner une voix aux jeunes en Normandie ?

Marie Buisson : Le CRJ est une instance de propositions et de consultation permettant aux jeunes normands de faire entendre leur voix. Sur l'axe consultation, le CRJ a été consulté en février sur un projet en cours de conception par la Région, qui vise à mettre en place un concours de vidéos à destination des lycéens normands sur différentes thématiques citoyennes. De la même manière, le CRJ a pu, en début d'année, rendre un avis sur la prévention dans les transports scolaires lycéens.

Quels moyens le Landesjugendring propose-t-il pour donner une voix aux jeunes?

Nicolas Alt : Les fédérations de jeunesse regroupées dans le Landesjugendring sont essentiellement portées et façonnées par des jeunes. Grâce à leur représentation au sein du Landesjugendring, les jeunes ont une voix forte à l’échelle du Land et en matière de politique du Land. Nous proposons également aux jeunes de représenter leurs sujets et leurs préoccupations dans le cadre de nombreux événements et projets. Tous les deux ans, le Landesjugendring organise, par exemple, le Kindergipfel (sommet des enfants) et le Jugendlandtag (Parlement régional des jeunes), au cours desquels 100 enfants et 175 jeunes s’entretiennent avec les députés. Au Bündnis #alt_genug (alliance #votedès16), nous demandons avec d’autres grandes fédérations de travail de jeunesse que les jeunes aient le droit de voter aux élections régionales dès l’âge de 16 ans.

Quels sont vos prochains projets et propositions d’action ?

Marie Buisson : Nous allons tout d’abord mettre en place les propositions votées en décembre en lien avec les services de la Région (journées normandes et plateforme orientation). Nous allons également continuer à rendre des avis sur différents sujets de jeunesse. Ainsi, nous travaillerons prochainement sur le développement durable dans les lycées. Enfin, nous allons évaluer nos deux années au sein du CRJ en abordant différents aspects de l'instance pour la faire évoluer positivement !  

Les élections régionales du Bade-Wurtemberg ce dimanche 14 mars annoncent une grande année électorale («Superwahljahr») en Allemagne. Quelles actions sont menées par le Landesjugendring pour permettre aux jeunes du Bade-Wurtemberg de voter et de faire entendre leur voix lors des élections?

Nicolas Alt : Avec les U18-Wahlen (élections pour les moins de 18 ans), nous donnons l’occasion aux enfants et aux jeunes de moins de 18 ans de s’exprimer sur les élections régionales et fédérales allemandes. On peut ainsi savoir comment les jeunes voteraient. En règle générale, les bureaux de vote, les urnes et les bulletins de vote des U18-Wahlen se rapprochent le plus possible des « vraies » élections. Pendant la crise sanitaire, il est également possible de déposer son bulletin de vote en ligne dans le cadre des U18-Wahlen. Et pour aider les jeunes à se faire une idée des candidates et candidats et des partis, le Landesjugendring organise aussi une table ronde numérique deux semaines et demi avant les élections régionales.