Mon tour commence à l’endroit le plus symbolique de la soirée : le marché historique de la vieille ville; juste devant la "Frauenkirche".  L’action „Fête de la Musique Meets Europe“ y a installé deux scènes sur lesquelles de nombreux artistes d’Allemagne et de France se produiront les 21 et 22 juin. Déjà de loin, j’entends la musique de la chorale franco-allemande de Dresde, de toutes les époques de l’histoire européenne. Des chansons de nombreuses langues – du vieux français, en passant par le  yiddish, jusqu’à l’italien et l’allemand – ravissent le public rassemblé.

 

Sous les „Bravo !“ et les „Encore !“,  les choristes partent et laissent place aux prochains artistes : un groupe de danse composé d’élèves du lycée franco-allemand Romain Rolland. Les jeunes filles – une partie franco-allemande, l’autre allemande – réalisent des chorégraphies modernes sous le signe de la tolérance et la compréhension interculturelle.

 

Je monte sur mon vélo et continue mon chemin, sur l’autre rive de l’Elbe, vers Pieschen.

Là, au vignoble du magasin et bistrot franco-allemand „Savoir Vivre“ se produit le duo musical „Tell Me Lies“, avec de la musique rock des années 80 et 90. Jeunes couples, familles et amis écoutent les sons de guitares tout en bavardant et en dégustant du rosé français, des plats de fromages traditionnels et de la salade niçoise. Sous le toit des vignobles et le soleil couchant, on s’imagine presque en Provence.

Ma dernière station de cette soirée est le centre artistique alternatif de Dresde, la Äußere Neustadt.

Sur le parvis du „Scheune“, beaucoup de jeunes sont assis en petits groupes, ils boivent de la bière ou du Mate et bougent sur la musique des différents artistes. Certains se sont nourris de baguettes, d’olives et de fruits frais et profitent de cette soirée pour un pique-nique musical. A côté également,  à la brasserie „Katy’s Garage“, l’ambiance est détendue et joyeuse. Jeunes et moins jeunes étudient le programme de la Fête de la Musique, pendant que la musique résonne dans toutes les directions. Certains vont voir ailleurs – d’autres restent et passent le reste de la soirée sous les sons du One-Man-Band Ju von Dözschen, qui présente son nouvel album.

 

Cette soirée me fait réfléchir encore maintenant, quelques jours après. Je crois que la Fête de la Musique amène avec elle un charme particulier, qui va bien avec l’Allemagne de l’est et Dresde. Un peu de  légèreté, un peu de gaieté, un peu de convivialité détendue enrichissent énormément la vie et sont des qualités, dont nous Allemands devrions nous inspirer plus souvent de nos voisins de l’autre côté du Rhin.