Que le temps passe vite ! Trois ans en tant que Jeune Ambassadrice OFAJ, trois ans d’engagement dans les relations franco-allemandes, trois années riches en expériences et en rencontres. Il n’est pas si facile de trouver les mots pour dire adieu. Adieu ? Pas vraiment ;-). Disons plutôt à bientôt.

Mais reprenons depuis le début : j’ai commencé mon mandat au moment où j’ai commencé à travailler à Karlsruhe. Un an auparavant, j’avais suivi une formation d’animatrice pour des rencontres interculturelles de jeunes avec l’OFAJ et ses partenaires. À cette époque – je dois l’avouer –, je n’étais pas très familière avec l’OFAJ, car je n’avais (malheureusement) jamais participé à un de ses programmes pendant ma scolarité. Néanmoins, j’ai été plusieurs fois amenée à visiter le pays voisin pendant mes études – des occasions qui sont restées ancrées dans ma mémoire – et finalement, je me suis un jour retrouvée à parcourir le site de l’OFAJ. J’étais très enthousiaste quant aux nombreuses possibilités offertes et, en tant qu’animatrice, j’ai eu pour la première fois un réel contact avec cette organisation. Depuis, les animations linguistiques et les rencontres interculturelles font partie intégrante de ma vie. Au cours de l’été 2017, j’ai remarqué par hasard la date limite de dépôt des candidatures « L’OFAJ recherche des Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs » et j’ai immédiatement accroché. J’ai envoyé ma candidature un peu « par-dessus la jambe » et peu de temps après, j’ai reçu une réponse favorable. L’aventure a alors commencé.

Je me souviens encore de mon trajet en train de Karlsruhe à Lyon. Je gardais les yeux et les oreilles grands ouverts pendant le voyage pour repérer qui d’autre pourrait être JAO. Mon regard s’est rapidement arrêté sur de nombreuses personnes avec des polos couleur « bleu schtroumpf » et sur les gens qui regardaient autour d’eux après leur arrivée à la gare. À l’événement de bienvenue, j’ai ressenti une légère panique : avec 100 participantes et participants, j’ai commencé à me poser beaucoup de questions : est-ce que je me souviens de leurs prénoms ? À qui est-ce que je viens de parler ? J’espère que je ne raconte pas encore la même chose… Mais pas de stress : en fin de compte, tout le monde se sent pareil ;-). Au plus tard, dans les six mois qui suivent, lors du séminaire intermédiaire, vous tomberez dans les bras l’un de l’autre (comme à la fin du premier séminaire) – c’est comme si vous reveniez dans une grande famille sans frontières, éparpillée à travers l’Allemagne, la France et la Méditerranée !

Même s’il y a beaucoup d’informations à recueillir au début, profitez-en ;-). Après les premiers mois, vous trouverez votre voie – vous obtiendrez un soutien de toutes parts, notamment du bureau « Communication et Événements » et des autres JAO. Le réseau vit de sa diversité, de ses échanges, de son ouverture d’esprit et de sa créativité. Vous nouerez des amitiés qui feront la différence, avec lesquels vous pourrez rire, discuter et créer de nouveaux mots franco-allemands. Vous avez la possibilité de réaliser de grands projets (illimités), seul ou avec d’autres : du soutien aux stands d’information aux événements dans les écoles, en passant par les animations linguistiques, les campagnes sur les réseaux sociaux, les projets pour la Journée franco-allemande…

En tant que JAO dans le domaine de la communication, j’étais responsable des rapports sur ces événements. Avec mes binômes, nous avons écrit et traduit des textes, réalisé des interviews, géré des campagnes sur les réseaux sociaux, lancé des calendriers de l’avent et bien d’autres choses. Je me souviens encore de la façon dont je sautais à travers champs – au grand dam de mes compagnons – pendant les vacances afin de prendre de bonnes photos pour les Vocab'Storys.

L’un de mes moments forts – outre les délicieux projets de cuisine à Karlsruhe, le European Youth Event, etc. – a été le « Tour sans frontières », que nous avons organisé dans le cadre de l’anniversaire du réseau des JAO. Pendant une semaine, nous avons roulé à vélo le long du Rhin – tantôt du côté allemand, tantôt du côté français –, nous avons interrogé les gens sur leurs expériences dans la région du Rhin supérieur, sur leurs amitiés sans frontières et sur leurs souhaits pour l’avenir. Les discussions ont été très enrichissantes.

Je pars en automne, avec « un œil qui rit et un œil qui pleure » comme on dit en allemand. En tant qu’animatrice, je me réjouis d’accompagner de nouvelles rencontres, car elles sont essentielles pour faire vivre une Europe de la diversité. Je suis également responsable du Point Info OFAJ au Centre Culturel Franco-Allemand de Karlsruhe.

DANKE à tous pour ce grand moment ! Je souhaite au réseau beaucoup de succès et un avenir rempli d’échange : c’est maintenant à votre tour ;-). Le rideau se lève : prenez place sur la scène ! Devenez vous aussi Jeune Ambassadrice ou Ambassadeur OFAJ !