Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

To the english version of this text

Une semaine après la France, c'est l'Allemagne qui est attaquée. La barbarie a frappé, comme à chaque fois, des innocents et des jeunes. Dans le monde, les agressions au motif religieux, identitaire ou raciste se multiplient.

Nous sommes saisis d’effroi et révoltés par ces atrocités.

Dans ce contexte tragique, où toute marque de sympathie et de solidarité est précieuse, nous voulons vous exprimer notre reconnaissance pour vos messages de soutien et d’amitié. Ils nous vont droit au cœur.

Cette violence à laquelle pas un d’entre nous ne veut ni ne doit s’habituer traduit une intolérance et une tyrannie insupportables : elle est dirigée contre nos valeurs et notre mode de vie.

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse s’engage depuis 50 ans pour le dialogue pacifique en concevant un profond travail sur l’apprentissage interculturel fondé notamment sur la remise en question des préjugés, la mise en garde contre les amalgames et la pédagogie de la paix. A sa manière, il a contribué à la construction d’un espace européen où la recherche d’une cohabitation paisible entre les générations, les langues et les cultures et mais aussi la liberté de circulation et la mobilité des jeunes semblaient acquises.

Or, ces aspects sont fortement fragilisés voire remis en question aujourd’hui.

C’est pourquoi, à l’heure où nous enregistrons à nouveau des annulations et des risques d’annulations de projets d’échanges, nous vous adressons cet appel : transformons l’énergie de la colère en une énergie placée au service de l’engagement. Mobilisons-nous pour que les liens entre les jeunes de France et d’Allemagne, et plus largement en Europe et au sein du pourtour méditerranéen, soient maintenus voire renforcés.

Dans cet esprit, l’OFAJ et ses partenaires sont à l’œuvre pour réaliser un travail d’accompagnement, en adressant des messages aux parents pour préciser les conditions de sécurité des projets d’échange auxquels participent leurs enfants et en proposant des solutions alternatives en cas d’annulation de rencontres de jeunes : page Facebook commune, plateformes interactives comme Teletandem, envois de paquets, échanges vidéo, etc. . Il y a de nouveaux modes de relations, de nouvelles formes de dialogue à inventer ! Les jeunes étant sur le point de partir ne doivent pas considérer le pays d’accueil comme devenu infréquentable. Quant à eux qui s'apprêtaient à être leurs hôtes, nous ne voulons pas qu’ils se sentent abandonnés.

D’avance, nous vous remercions de toutes les mesures que vous prendrez en ce sens et restons disponibles pour dialoguer avec vous.

 

Béatrice Angrand et Markus Ingenlath
Secrétaires généraux