Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Témoignage de Sébastien Jarousse

A quels programmes, échanges ou à quelles rencontres avez-vous participé ? Avec quel partenaire de l’OFAJ ? De quelle bourse avez-vous bénéficié ?

J'ai créé avec le pianiste allemand Lars Duppler, ami de longue date, le Tentet de Jazz Franco-Allemand comprenant 4 étudiants actuels ou anciens du département jazz du Conservatoire national de Paris et 4 étudiants de la Musik Hochschule de Cologne. C'est à la suite de l'ensemble de Jazz Franco/Allemand (auquel j'avais participé en tant qu'étudiant) dirigé pendant près de 30 ans par le regretté Albert Mangelsdorf que j'ai décidé de me lancer dans l'aventure avec mon Tentet (pour lequel j'avais déjà écrit une quinzaine de compositions). Le partenaire qui nous a permis à Lars Duppler et moi-même de donner naissance à notre Tentet a été le festival "Vive le jazz" dirigé par Hans Jürgen Von Osterhausen pendant trois années. Nous avons bénéficié à cette occasion d'une subvention de l'OFAJ.

En quelle(s) année(s) ?

Nous avons donné trois séries de concerts : en 2010 au "Loft" à Cologne et à Düsseldorf, en 2011 à Cologne, à Bonn et à Paris au "Sunset", et en 2013 à Cologne et à Dinslaken.

Quel est votre meilleur souvenir ? Quel a été votre plus grand étonnement ?

J'ai été vraiment heureux de constater la grande compétence des jeunes musiciens des deux côtés de la frontière, et surtout de les entendre dire qu'ils étaient ravis de participer à un beau projet d'écriture dans lequel, selon leurs dires, Lars et moi-même serions très complémentaires. Mon plus grand étonnement a été, au bout de la troisième rencontre, de constater que les étudiants allemands changeaient radicalement d'une année sur l'autre, alors que les étudiants français sont restés les mêmes depuis 2010. Si on ajoute à cela le fait que l'activité du Tentet c'est déroulée à 90% en Allemagne (malgré tous mes efforts pour trouver des concerts en France), j'en déduis qu'il y a manifestement plus d'ouverture et d'opportunités culturelles dans le système allemand et qu'il est plus difficile de s'en sortir dans le système français pour les jeunes musiciens qui arrivent sur le marché (et ce, malgré le statut d'intermittent).

Êtes-vous toujours en contact avec d’autres participants ?

Oui. Je tente de créer malgré tout un évènement en France pour le mois de septembre 2014. Je ferai, le cas échéant, participer le conservatoire et la municipalité de Vanves pour un premier concert, et la société Vandoren (fabricant d'anches) pour un deuxième concert.

Quel intérêt voyez-vous au développement d’une communauté d’anciens ?

Je désire simplement reprendre les choses là où Albert Mangelsdorf les a laissées, même à ma modeste mesure ; je considère ces échanges culturels (ou autres) entre deux pays extrêmement bénéfiques et enrichissants (pour l'avoir ressenti moi-même quand j'étais jadis étudiant auprès d'Albert Mangesdorf).

Selon vous, qu’est ce que cette participation vous a apporté, personnellement et /ou professionnellement ?

Cette participation a d'abord permis de faire vivre un projet Tentet de qualité avec des compositions et des arrangements originaux. Il va de soit que l'encadrement de 8 grands étudiants dans un cursus professionnel (plusieurs sont même déjà professionnels) est une belle promotion pour Lars Duppler ou moi-même. Ce Tentet a aussi permis à ces étudiants de participer à une véritable création au sein d'une grande formation de Jazz dans le cadre d'une tournée : une merveilleuse chance !

Diriez-vous que cette/ces expérience(s) ont eu une influence sur votre engagement ou votre citoyenneté ?

J'estime que dès lors que nous sommes les acteurs d'un rassemblement entre deux pays, il va de soit que nous sommes engagés dans des valeurs citoyennes. Ce Tentet, même dans sa modeste mesure, installe un climat de respect et de fraternité entre les musiciens français et allemands. Ce respect va bien au-delà de l'aspect musical, il touche aussi le public qui vient nous écouter, et balaie aisément n'importe quels préjugés.