Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

C'est sous un soleil radieux qu'une délégation de Jeunes Ambassadeurs OFAJ, accompagnée de Béatrice Angrand, secrétaire générale de l'Office franco-allemand pour la Jeunesse, s'est retrouvée le 16 avril 2014 sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris à l'occasion du lancement de la plateforme pour une Europe des droits des femmes.

En effet, à l'occasion des 70 ans du droit de vote des femmes en France, et au lendemain de l'élection de la première femme maire de Paris, comment ne pas se repencher sur la question de la parité ? Les Jeunes Ambassadeurs OFAJ de Paris (Martin, Nicolas et Odile), de Berlin (Benjamin), de Bretagne (Léocadie), de Lorraine (Amélie), de Hesse (Nils), de Rhénanie-Palatinat (Marvin) et de Basse Saxe (Katja) ne sont pas les seuls à s'être déplacés ! Les salons de l'hôtel de ville sont combles ! Nombreux sont ceux qui ont répondu à l'appel lancé par la ministre du droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de cette cause dans le premier gouvernement français strictement paritaire. Le débat commence grâce aux témoignages de 3 femmes prix Nobel : Shirin Ebadi, Leymah Gbowee, Jody Williams, et de la vice-présidente de la commission européenne, Viviane Reding. Leur parole est unanime : lorsque la garde retombe, les inégalités ressurgissent. Inégalités salariales, de traitement, d'éducation et de progression de carrière, nombreux sont les exemples qui montrent que cette cause est toujours d'actualité. En cela, l'Europe joue un rôle moteur, et cette question là intéresse de près les jeunes ambassadeurs. Viviane Reding rappelle que le traité de Rome de 1957 a incité les pays n'ayant pas légiféré sur cette question à le faire.

Mais aujourd'hui, les différences de salaire sont toujours de prêt de 16%. Les instances de décision semblent également vouloir toujours se priver des talents féminins, alors que les femmes représentent 60% des jeunes diplômés. Comment les institutions européennes peuvent-elles ne pas prendre cette question à bras-le-corps, et faire de la parité une partie de la réponse à la crise ? C'est sur cet appel que se conclue la séance, en laissant la salle avide de poser de nouvelles questions. Les Jeunes Ambassadeurs OFAJ tiennent pourtant à manifester leur intérêt, et ont été reçus quelques minutes par Najat Vallaud-Belkacem et par Caren Marks, secrétaire d'Etat allemande. L'occasion de leur remettre l'Appel de la jeunesse française et allemande, rédigé à l'occasion du cinquantenaire de l'OFAJ et du Traité de l'Élysée, où déjà, cette question était au cœur des préoccupations des Jeunes Ambassadeurs OFAJ !