Je suis originaire de Bulgarie et suis actuellement en dernière année d’études à l’Université de médecine de Varna pour devenir sage-femme. En parallèle, je travaille en tant que bénévole avec d’autres jeunes Roms dans le cadre d’un programme de mentorat. En effet, je suis coordonnatrice au sein d’une entreprise sociale appelée «The social Teahouse» qui soutient les enfants et les jeunes privés de soins parentaux. Ce que j’apprécie particulièrement dans cette mission, c’est de pouvoir travailler avec des enfants et des jeunes.

Les Roms représentent la plus grande minorité d’Europe – c’est également le groupe ethnique le plus discriminé. Habituellement, ils vivent dans des régions isolées, où l’accès à l’éducation et aux soins est difficile. Nous avons besoin de plus d’actions concrètes et de décisions politiques fortes pour améliorer leurs conditions de vie. De plus, il n’est pas rare d’entendre des discours de haine venant de responsables politiques, ce qui est inacceptable. La situation actuelle renforce cette discrimination et les messages de haine envers les Roms. Je souhaite que nous ayons un jour les moyens de pouvoir mener une vie normale.

L’Europe signifie pour moi «union», «force» et «diversité». Je suis vraiment honorée d’avoir reçu le prix de Jeune Européenne de l’année, car cela montre que mon travail et celui de la jeunesse rom sont valorisés et davantage reconnus. Cela veut également dire que nous sommes entendus et je suis heureuse de pouvoir défendre cette cause et de faire entendre ma voix. En effet, les membres de la communauté rom sont également européens et la jeunesse rom fait partie de la génération européenne. Nous avons le droit à une reconnaissance en tant que citoyennes et citoyens européens et d’avoir les mêmes chances que les autres afin d’étudier, de nous épanouir et de travailler.

Mais pour que la situation change, il faut que plus de personnes prennent la parole et s’activent. Elles doivent se lever et s’engager pour notre cause. Nous devons nous rassembler afin d’améliorer les conditions de vie de toutes les communautés confrontées à ces défis dans leur quotidien. C’est ce qui m’incite à m’engager et à m’impliquer dans différents projets qui permettront de façonner une meilleure Europe. Mon but en tant que jeune européenne est de défendre un message politique et d’attirer l’attention sur les problèmes que connaissent les communautés rom.

Je souhaite qu’à l’avenir, l’Europe bénéficie d’une communication plus étroite entre les institutions et les citoyennes et citoyens. J’espère que nous pourrons construire une société plus unie et solidaire qui nous permettra d’avancer ensemble. C’est aussi pour cela que je m’engage pour que les jeunes roms puissent participer davantage au processus de prise de décision. Je souhaite voir plus de membres de la communauté rom au sein de l’Union européenne.