Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Suite aux nombreuses interventions, discussions et rencontres interculturelles, la conférence « Nouvelles perspectives pour les échanges internationaux de jeunes : stratégies communes de France, d’Allemagne, d’Algérie, du Maroc et de Tunisie » s’est terminée samedi dernier à Marseille. Pendant ces quatre jours environ cinquante représentants d’associations de jeunesse des cinq pays mentionnés ci-dessus ont travaillé sur le dialogue euro-méditerranéen et ses défis. Les besoins de la jeune génération des deux côtés de la méditerranée n’ont cependant jamais été perdus de vue.

La conférence avait pour but de rapprocher les pays méditerranéens, de renforcer les liens entre les sociétés civiles du Maghreb et de l’Europe et de créer des coopérations actives. Cette coopération méditerranéenne doit s’élargir et s’établir pour pouvoir répondre aux nouveaux défis auxquels les jeunes se retrouvent confrontés. Notamment le chômage croissant, le manque de possibilités de participation ou bien le développement et la renaissance de certains mouvements idéologiques. Diverses impulsions, comme une intervention de Slim Amamou, un bloggeur tunisien, une table ronde avec le groupe de chercheur de l’OFAJ Transmed ou des présentations d’hommes politiques et de professionnels ont enrichi la conférence et les débats entre les participants. C’étaient surtout des sujets tels que le processus de démocratisation, la citoyenneté, la migration, la formation formelle, non-formelle et informelle ou la lutte contre l’extrémisme qui ont joué un rôle significatif. Mais l’échange interculturel ne s’est pas limité qu’aux ateliers thématiques et aux interventions. Bien au contraire, l’apprentissage interculturel a également été mis en œuvre par les interactions entre les participants et continuera dans la conception de futurs projets.