Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Le réveil sonne et je peine à me lever. Je jette un coup d’œil sur ma montre qui indique 5h30. Non, il ne s’agit pas d’un jour de travail habituel, d'autant que nous sommes samedi. Je me prépare de bon matin pour aller au Forum Franco-allemand de Strasbourg, Le salon franco-allemand de l’enseignement supérieur et de la recherche.

A 6h30, mon camarade français et moi montons dans le train, prêts à affronter les quelques cents kilomètres qui séparent Freiburg de la capitale alsacienne. Cela faisait déjà plusieurs semaines que j’avais anticipé et attendu avec impatience ce fameux jour d’échanges et de retrouvailles avec de nombreuses connaissances de France et d’Allemagne. C’est ainsi que la fatigue matinale disparut presque totalement dans le train en direction de Kehl pour laisse place à la hâte. Ce ne fut pas long avant que j’aperçoive un premier visage familier. Sümeyra, jeune ambassadrice OFAJ en Rhénanie-Palatinat, est assise à l’autre bout du train.

Nos chemins se séparent par la suite puisque nous quittons le train à Kehl pour poursuivre notre route en bus. Le trafic est calme, nous traversons donc tranquillement le pont du Rhin pour atteindre l’arrêt de bus. Je crois que c’est la première fois que je traverse la frontière entre les deux pays à pieds. C’est un sentiment agréable que de flotter sur le Rhin, si bien qu’on y marqua un temps d’arrêt. Par le trajet en bus qui suivi, il fut clair que nous étions arrivés en France. Après nous avoir rendu la monnaie, le chauffeur passa rapidement au feu orange, chose inhabituelle et surprenante pour des allemands. Malgré la nonchalance et la conduite risquée du chauffeur, nous arrivons sains et saufs au Centre des Congrès de Strasbourg et rencontrons à nouveau Sümeyra pour échanger rapidement quelques mots.

Nous entrons dans le bâtiment, parmi les premiers visiteurs. A l’entrée, nous sommes accueillis par le stand de l’Université franco-allemande. Juste derrière celui-ci, un stand aux couleurs de l’OFAJ m’interpelle. Il n’est pas encore occupé puisque l’ouverture officielle est prévue dans une demi-heure. Je décide donc de m’accorder une petite pause-café. Lors de mon retour sur le stand, je croise Grégory, jeune ambassadeur OFAJ de la région Auvergne. Il est présent au Forum pour représenter sa filière universitaire « études franco-allemandes », mais son enthousiasme pour l’OFAJ se fait également ressentir dans son travail. Une rapide salutation s’impose puis par manque de temps, nous devons reporter notre conversation à plus tard. De retour sur le stand de l’OFAJ, les premiers intéressés sont déjà dans les starting-blocks : Sümeyra et Amélie, active en tant que jeune ambassadrice dans le Bade-Wurtemberg. On observe de loin l’élan et l’engagement avec lesquels elles mettent en avant les projets de l’OFAJ. Il n’est donc pas étonnant que la fréquentation du stand est supérieure à la moyenne ! Les principaux visiteurs sont des (futurs) bacheliers, font des études ou sont en formation. Leurs intérêts portent principalement sur les possibilités de financement pour un job dans la ville partenaire, de stages pratiques ou sur un projet interculturel comme une année sociale et civique à l’étranger après le baccalauréat. Le besoin d’informations est suffisamment comblé par le nombre important de brochures ainsi que par les expériences et conseils personnels de nos jeunes ambassadeurs. Globalement, j’entends d’intensives conversations en français, parfois en allemand, pendant que je me charge de laisser une trace de l’événement par quelques photos.

En tant qu’ami des relations franco-allemandes, on ne peut que se sentir à l’aise dans ce lieu. Le temps défile donc à toute vitesse ! Après la pause de midi, moment d’échanges entre jeunes ambassadeurs, le bain de foule se calme lentement. Vers 16h, je me dirige vers le centre-ville pour clore en beauté cette journée interculturelle. Le marché de noël vient de commencer. Je rencontre à nouveau Amélie, Manon et Grégory. Nous bavardons encore un peu autour d’un vin chaud puis je m’éclipse vers la gare pour attraper le dernier train vers chez moi.

Lorsque je traverse pour la seconde fois le Rhin, je m’arrête quelques instants, un pied en Allemagne et l’autre en France, pour me remémorer cette belle journée…

Rédigé par Thorsten, Jeune Ambassadeur OFAJ 

Traduit par les Jeunes Ambassadeurs OFAJ