Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Stefanie, l'Allemande, et Anne, la Française, sont Jeunes Ambassadrices OFAJ - en tandem. Elles habitent chacune d'un côté de la frontière franco-allemande. Et lorsqu'elles sont invitées à la conférence ministérielle pour la coopération transfrontalière franco-allemande à Metz, elles y vont ensemble.

 

De quoi a-t-il été question lors de cette rencontre au Centre Pompidou Metz ?

Anne: Du travail et de la formation des jeunes de l’Allemagne et de la France. Il est primordial que plus de jeunes prennent part à des échanges, lors d'études ou d'apprentissages, dans lesquels ils auraient par exemple la partie théorique dans un pays et celle pratique dans l'autre. Le but est que davantage de personnes puissent travailler aussi bien dans un pays que l'autre !
 

Stefanie: Les jeunes gens sont en droit d'accéder à une bonne formation et à de véritables perspectives de travail. Michael Roth (ministre adjoint aux Affaires européennes) est surpris que seulement 3% des travailleurs dans l'UE soient employés hors de leur pays d'origine ! Dans la ruche du marché européen, il s'attendait à d'autres chiffres. Ce sont des obstacles très concrets qui font barrière dans le marché de l'emploi européen et qui empêchent que les frontières s'effacent vraiment. Et c'est cela qu'on veut changer ! 

 

Michael Roth parlait-il de barrières linguistiques par exemple?

Stefanie : Il a insisté sur l'importance de connaissance des deux langues dans la région frontalière. Et qu'il est super important d'enthousiasmer les écoliers sur la nécessité d'apprendre un peu de la langue du pays voisin ! Je le cite : « L'Allemagne manque d'apprentis et de main d'œuvres qualifiés, et en France, le chômage est important, surtout chez les jeunes. Il y a une dizaine d'années, c'était le contraire ! ». De son côté, Annegret Kramp-Karrenbauer (Ministre-Présidente de la Sarre) a fait référence à sa stratégie pour la France, pour plus de connaissance en français dans les écoles sarroises, elle a aussi parlé de la stratégie pour l'Allemagne chez ses collègues du Conseil Régional de Lorraine et des initiatives pour le bilinguisme en Allemagne.

 

L'OFAJ propose justement aux jeunes gens qui vivent en France ou en Allemagne de faire des échanges linguistiques mais aussi des expériences professionnelles. Comment est-il intervenu dans la conférence ?

 

Anne : Notre sujet, c'était le travail. Donc nous avons présenté les programmes en rapport : pour des stages, Praxes ; pour le travail, „Travail dans la ville jumelée“. Des programmes qui existent déjà et qui fonctionnent bien en France et en Allemagne, et en particulier dans la région frontalière. Praxes par exemple permet d'obtenir une convention de stage via l'OFAJ sans être inscrit dans un cursus français ce qui est donc très pratique pour les Allemands !

 

Stefanie : C'est important d'ouvrir ces perspectives transfrontalières à tous, pas seulement aux étudiants ou à ceux qui parlent déjà l'autre langue. Pour cela, des programmes comme Travail chez le Partenaire, le Volontariat franco-allemand ou encore le Travail dans la ville jumelée sont adaptés ! D'autre part, on a présenté Mobiklasse, programme pour diffuser plus de connaissance sur l'Allemagne et la langue allemande dans le primaire et le secondaire.

 

Stefanie, tu as été dans les écoles via Mobiklasse. Vous avez toutes les deux une expérience transfrontalière. Comment se passe celle-ci ?

Stefanie : Via mon Master en Communication et Coopération Transfrontalière à Metz, Sarrebruck et Luxembourg, j'ai pu faire de belles expériences dans la Grande Région ces dernières années, et découvert nombre de projets de celle-ci. Mon activité de Jeune Ambassadrice OFAJ en Lorraine, en tandem avec la JA de la Sarre est très enrichissante, et j'ai aussi pu informer nombre d'élèves et d'étudiants sur les possibilités pour se rendre en Allemagne.

Anne : Etre Jeune Ambassadrice OFAJ dans une région frontalière, c'est naturellement être souvent en contact avec le voisin ! Stefanie est venue à Sarrebruck, où j'habite, pour la semaine franco-allemande par exemple. C'est toujours un plaisir de réaliser des projets ensemble. Par cela, nous sommes l'image même de la Grande Région, celle qui encourage à la mobilité : Stefanie en tant qu'Allemande en France, moi en tant que Française en Allemagne.

 

 

Stefanie, Anne, merci beaucoup !