Accessibilité

Taille du texte:

Current Size: 100%

Affichage:

  • Contrasté
  • Standard

« Le multiculturalisme est une grande richesse et pas une menace ! »

Les 24 et 26 janvier avaient lieu, comme chaque année, la cérémonie des vœux de l’OFAJ à la Kulturbrauerei à Berlin et à l’Élysée-Montmartre à Paris. La deuxième partie de soirée a été couronnée par un concert caritatif au profit de réfugiés n’ayant pas atteint leur majorité. Culcha Candela, l’un des groupes allemands les plus connus de ces dernières années, était présent dans les deux villes : quatre chansons dans le Top Ten, trois millions d’albums vendus, deux disques d’or et deux disques de platine pour leurs albums studio, 19 fois dans les singlecharts allemands et des concerts dans les plus grands festivals allemands. Les quatre musiciens berlinois remplissent chaque salle avec leurs chansons, empreintes d’influences reggae, hip hop et électro. De la musique qui met une bonne ambiance tout en abordant des sujets sociaux et politiques. Le groupe se bat pour l’intégration, une Allemagne colorée et respectueuse de tous.

culcha1.jpg

Pourquoi avez-vous décidé de prendre part au concert caritatif de l’OFAJ ?

Nous faisons toujours partie de ce genre d’événements ! Bien sûr, nous ne pouvons pas soutenir chaque organisation qui tente de faire quelque chose de bien. Il en existe énormément – tant mieux – et nous sommes souvent sollicités, mais le timing était cette fois-ci parfait.

L’exil et l’immigration nous concernent aussi pour des raisons personnelles. Nos parents sont venus en Allemagne pour garantir à leur famille un avenir meilleur. Nous sommes tous allemands mais avons des racines dans d’autres pays, en Corée, en Pologne ou encore en Colombie. C’est très grave que des gens ne puissent accepter la diversité. Heureusement, bien d’autres personnes et structures voient les choses différemment, comme l’Office franco-allemand pour la Jeunesse.

L’argent va à une bonne cause pour les jeunes réfugiés, c’était donc normal d’accepter. À Paris et à Berlin, nous avons récolté beaucoup d’argent, donc ça a valu le coup !

 

Comment le multiculturalisme peut contribuer à la société de manière positive ?

Nous avons toujours considéré le multiculturalisme, la diversité des individus comme un enrichissement. Il s’agit là d’une grande richesse et en aucun cas une menace. C’est ce que nous mettons toujours en avant, à savoir ne pas avoir peur de choses qu’on ne connaît pas, mais plutôt y voir l’occasion de s’ouvrir et d’être curieux. C’est certainement la première étape à franchir pour éradiquer les peurs : être prêt à donner une chance aux gens, et à la fin, tout le monde y gagne. La diversité rend la société plus riche ! C’est une chose à laquelle nous croyons très fortement ! Il est important de connaître les contextes historiques et culturels du passé, mais on doit aussi être ouvert à la nouveauté, au mélange des genres et en tirer le meilleur parti, être ouvert n’a que des avantages. C’est comme dans la musique où on mélange un grand nombre d’influences ou encore dans les cultures : si on conserve des habitudes, on ne progresse pas. 

© Felix Ram

Vous faites de la musique et avez décidé de transmettre un message. Comment est-ce arrivé ?

Quand tout a commencé et que personne ne nous connaissait, nous nous sommes fixés un certain nombre de règles. Nous avons trouvé une base commune et l’une d’entre elle était de toujours se comporter de manière respectueuse entre nous et parallèlement de s’investir dans quelque chose de positif. Notre modèle en la matière était le groupe Saian Super Crew.

Cet engagement n’est pas forcément lié à nos racines, ça a plutôt à voir avec le fait d’être « humain ». Il y a partout des « cons » et des gens sympas. Il n’y a aucune garantie que tous les réfugiés soient gentils mais il n’y a également aucune garantie que tous les Allemands le soient. En fait, il n’y a pas forcément un nombre plus important de méchants, mais ces gens-là parlent beaucoup. Et tant de chouettes personnes qui ne s’expriment pas. Nous sommes convaincus que les « bons » font partie de la grande majorité. Mais ils doivent absolument donner de la voix.

L’éducation et l’humanité sont l’alpha et l’oméga. Mais si nous n’avions pas de racines différentes, nous ne nous serions peut-être jamais rencontrés et ne seraient pas amis aujourd’hui. Il faut montrer pas mal de tolérance pour être amis avec les autres membres du groupe (rires).

© Felix Ram

Selon vous, pourquoi est-ce important que des groupes de musique s’engagent pour de bonnes causes ?

Ce n’est jamais évident de dire aux gens qui n’ont pas l’habitude de le faire : exprime-toi ! S’ils ne se sont pas informés ou qu’ils ne sont pas engagés en politique – ce qui en soi n’est pas grave, on court le risque que cela ne fonctionne pas. Mais on trouverait ça super que les collègues de notre secteur s’engagent plus. Certains l’ont fait, comme par exemple Peter Maffay. Il a ses principes et s’engage à les tenir. Herbert Grönemeyer et Udo Lindenberg sont également des personnalités qui parlent haut et fort. Mais au-delà de ces exemples, ce serait bien que des jeunes issus de l’immigration s’engagent plus. En tout cas, c’est ce que l’on souhaite !

Attention

L’OFAJ développe des programmes qui s’inspirent des jeunes et offre la possibilité à ses Jeunes Ambassadeurs de partager leur point de vue sur ce blog. Ces contributions reflètent leur opinion personnelle.