Tandem
    Simulation globale lors d'un cours de langue binational intensif
    du 25 octobre au 4 novembre 1998 à La Grande Motte
    Compte rendu de Kay-Uwe Lipp und Marie Sophie Boudraux-Carrier
 

 

1. Introduction
Pour la deuxième fois dans le cadre du cours de langue intensif organisé par le Secrétariat franco-allemand pour l'échange en formation professionnelle à Sarrebruck, nous avons décidé de faire avec notre groupe une simulation globale. Forts de notre expérience positive du cours précédent, nous avons choisi de reprendre le thème de "L'immeuble". Nous avions tous deux eu auparavant la possibilité de participer à un stage de formation sur le thème de la simulation globale offert par l'OFAJ.
Le cours de langue, d'une durée de 10 jours et rendu possible grâce au financement de l'OFAJ, avait lieu à la résidence de vacances de l'Association Touristique des Cheminots (ATC) à La Grande Motte. Le centre avait mis à notre disposition deux salles de cours, une grande salle très éclairée ainsi qu'une plus petite.
Le groupe se composait de six Allemands et cinq Français; les participants avaient des niveaux de langue très variés.



2. Déroulement général du cours
Avant de passer au déroulement de notre simulation globale, nous donnerons un bref aperçu du déroulement du cours en général.
Le premier avant-midi a été consacré à la présentation des participants. Ce travail a été effectué en tandem, chacun présentant son partenaire à l'ensemble du groupe. Nous avons démarré la simulation globale dès le premier après-midi, et elle fut le fil conducteur du cours jusqu'au dernier jour. Avant de se mettre au travail, nous avons jugé essentiel de faire une courte présentation du travail en tandem, puisque la majorité de nos participants prenait part à ce cours pour la première fois.
Tout au long du cours, nous avons entrecoupé les phases de travail de jeux, afin de détendre l'atmosphère, mais aussi afin de faire une révision des nouvelles connaissances acquises et d'apporter du nouveau vocabulaire (par exemple memory, sauter le 7, serpents et échelles, domino, etc.).
Comme exercice de vocabulaire, nous avons choisi le jeu des "faux-amis", dans lequel il faut trouver des mots en français et en allemand qui ont une orthographe similaire dans les deux langues mais qui diffèrent dans leur prononciation et leur signification. De plus, nous avons fait pour la première fois une courte séance d'improvisation, où les participants devaient jouer une petite scène sur un thème donné sans avoir préparé le dialogue. Cet exercice avait pour but de stimuler la communication orale spontanée.
Ces exercices ont complété le déroulement de notre simulation globale.



3. Simulation globale: L'immeuble
En raison de la composition hétérogène du groupe, tant au niveau du nombre des participants qu'au niveau des connaissances de la langue étrangère, nous avons pensé qu'une simulation globale serait la meilleure forme de travail, parce qu'elle offre une grande flexibilité. Lors d'une simulation globale, les participants ne travaillent pas toujours en tandems/tridems et chacun peut s'exprimer selon ses connaissances. La simulation globale permet une meilleure intégration des participants et offre une plus grande flexibilité lors de la réalisation des exercices. Les participants inventent leur propre monde, auquel ils peuvent totalement s'identifier. Ainsi chacun peut améliorer ses connaissances selon ses propres besoins, de façon concrète et proche de la réalité, au lieu d'avoir à apprendre des dialogues donnés qui ne correspondent pas à son univers et à ses intérêts. Apprendre devient pour lui plus intéressant et les nouvelles connaissances s'acquièrent plus facilement. De plus, nous sommes d'avis que la simulation globale stimule dans une large mesure les compétences de communication orale, ce qui nous apparaît essentiel pour ce genre de participants qui sont souvent présents dans l'établissement partenaire lors d'un échange franco-allemand.
Nous avons choisi de répéter l'expérience de "l'immeuble" pour notre simulation globale parce que, d'une part, nous pouvions nous référer à des textes existants et nous inspirer des exercices suggérés et, d'autre part, nous pouvions nous baser sur notre première expérience, en reprenant certains thèmes et en en introduisant de nouveaux. Cela nous a aussi permis d'approfondir notre expérience en matière de simulation globale, et de résoudre certains problèmes apparus lors de notre première simulation globale (voir "Bericht über den Intensivsprachkurs in Frankfurt vom 12. bis zum 22. Juli 1998").



3.1 Méthode de travail
Nous avons introduit la simulation globale en disant au groupe que nous nous trouvions à La Grande Motte, un village de vacances, et que les participants y avaient loué un appartement pour dix jours afin de passer leurs vacances. Nous avons proposé une liste des vacanciers sur laquelle ne figuraient que leur nationalité, leur âge et leur situation familiale ainsi qu'un plan de la résidence avec tous les appartements libres de chaque étage.
Le premier devoir des participants était de choisir un personnage et un appartement dans lequel ils voulaient habiter. Ces décisions ont été prises en plénum.
Les participants ont surtout travaillé en tandem ou tridem pour réaliser les tâches données et toujours en groupes binationaux. Les groupes de travail étaient formés par un tirage au sort ou encore les participants étaient libres de choisir leur partenaire de travail.
Le centre permettait aux participants de travailler tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Il était ainsi possible pour les participants de s'isoler des autres et de se créer une atmosphère de travail agréable grâce à laquelle ils pouvaient se concentrer essentiellement sur les exercices sans être dérangés ou distraits par les autres groupes de travail.
Langue de travail : français ou allemand ? La réponse était en fait claire pour les participants. Ils devraient toujours travailler dans la langue que nous leur avons indiquée, c'est-à-dire la langue dans laquelle le dialogue ou l'exercice devrait être écrit. Lors du cours précédent nous avions eu quelques problèmes avec la langue de travail. Les participants ne respectaient cette règle que pendant une courte période et passaient rapidement à un mélange de français et d'allemand, ce qui leur permettait de produire des textes et dialogues plus rapidement et facilement. Cette fois-ci, nous avons fait face à un problème d'une autre nature. Les participants respectaient la règle, mais nous avons remarqué que souvent la personne de langue maternelle dictait le texte à l'autre. Les résultats de cette dynamique de travail étaient des textes complexes - trop complexes en réalité pour le niveau de langue de nos participants. Il était évident que ces textes n'avaient pu être réalisés par la personne apprenant la langue étrangère.
En appendice 1 se trouve un tableau illustrant le plan de cours de notre simulation globale. Nous présentons maintenant de façon plus détaillée les différentes unités concernant notre sujet : l'immeuble.



3.2 Travailler avec "l'immeuble"
3.2.1 Planter le décor

La première phase de la simulation globale sert à définir l'environnement dans lequel les personnages se déplaceront tout au long de l'histoire. Cette phase englobe la répartition des appartements, la création et la description des personnages et de leur appartement ainsi que l'établissement de leur emploi du temps.

3.2.1.1 Création et description des personnages
En premier lieu, les participants devaient créer leur propre personnage, personnage qu'ils incarneront tout au long de la simulation globale. Tel que mentionné plus haut, nous leur avions déjà donné des indications quant à la nationalité, l'âge et la situation familiale des différents personnages. Les participants devaient ensuite s'inventer un nom et une profession, ainsi qu'un nom et une profession pour les membres de leur famille, s'il y avait lieu. L'étape suivante était de faire une description physique de leur personnage.

3.2.1.2 Distribution et description des appartements

Avant que chacun ne choisisse son appartement, il a fallu trouver une adresse à la résidence de vacances. Ceci, ainsi que l'attribution des appartements, a été fait en plénum. Par la suite, chacun a reçu le plan de son appartement, qu'il devait meubler. Pour ce faire, les participants disposaient de matériel à dessin, de revues et de catalogues. Une fois le collage terminé, ils devaient inscrire le nom des différents meubles en français et en allemand en collaboration avec leur partenaire tandem.
Dans le but de gérer le temps de façon plus efficace, nous avions choisi de donner des plans préétablis, afin que les participants ne passent pas trop de temps sur la conception de l'appartement, mais plutôt sur l'ameublement et le vocabulaire s'y rapportant.
Ensuite, ils devaient, toujours en tandem, décrire en détail une pièce de leur appartement, après que nous ayons introduit le vocabulaire concernant l'orientation lors d'une courte phase mononationale.

3.2.1.3 Description de l'emploi du temps
Pour terminer la première phase de notre simulation globale, les participants devaient décrire le déroulement d'une journée de leurs vacances. Encore une fois, le travail a été réalisé en tandem et présenté par la suite à l'ensemble du groupe. À ce moment, le cadre de l'histoire était bien défini, et nous pouvions maintenant nous tourner vers la seconde phase : événements et incidents vécus par les personnages.

3.2.2 Événements à La Grande Motte
Pendant que la première phase d'une simulation globale est plutôt statique (beaucoup de descriptions, essentielles à l'établissement du cadre de l'histoire), la seconde phase est beaucoup plus dynamique. C'est ici que les participants sont amenés à créer des dialogues et des liens entre les personnages et à améliorer leur compétence à l'oral. À cette fin, nous avons imaginé quelques situations auxquelles les participants devaient réagir :

3.2.2.1 Cambriolage de la voiture de Gino
Une voiture garée sur le parking de la résidence a été cambriolée pendant la nuit. En faisant leur ronde, les policiers remarquent le cambriolage et décident d'interroger tous les habitants de la résidence. Pour que la situation soit bien claire, c'est nous qui avons décidé que la voiture était celle de Gino (un des vacanciers). Par la suite, les participants ont établi en plénum une liste de questions qui pourront être posées par l'enquêteur. En tandem, les participants devaient alors créer un dialogue entre leur personnage et le policier.

3.2.2.2 Visite chez la voyante
Il y a une fête foraine à La Grande Motte. Tous les personnages vont rendre visite à la voyante, qui leur prédit leur avenir au niveau de la santé, des finances, des voyages, des rencontres et des amours. Les participants doivent en tandem composer un dialogue entre leur personnage et la voyante.

3.2.2.3 Envoi d'une carte postale
Après quelques jours de vacances, il est normal d'envoyer une carte postale à parents et amis. Les participants devaient dans un premier temps créer une carte postale à l'aide du matériel mis à leur disposition (cartons, feutres, magazines, etc.) et ensuite, en tandem, écrire un court texte pour relater les événements vécus jusqu'à maintenant. Par la suite, nous avons fait une mise en commun des formules classiques en français et en allemand pour la rédaction de lettres.

3.2.2.4 La disparition de M. Smith
Un des participants a été malade et n'a pu prendre part au cours pendant deux jours. Afin d'intégrer cette absence à notre histoire, nous avons raconté aux participants que M. Smith (nom fictif du participant malade) avait subitement disparu, sans explications. Le travail des participants consistait à créer un dialogue entre deux personnages qui se rencontrent par hasard à différents endroits (parking, escalier, etc.) et qui discutent de l'absence de M. Smith en faisant des suppositions quand aux raisons de cette absence.

3.2.2.5 Un grand froid à La Grande Motte
Catastrophe climatique: en une nuit, un grand froid s'est installé à La Grande Motte. Dans les appartements, les tuyaux ont éclaté et le chauffage ne fonctionne pas. Les personnages téléphonent à l'agence de location pour se plaindre de la situation et exiger que quelqu'un vienne réparer les dégâts et le chauffage.

3.2.2.6 Une recette
Aujourd'hui, c'est dimanche et jour de marché. Au lieu d'aller au restaurant, les personnages doivent en profiter pour cuisiner à la maison. Au départ, nous avions l'intention de faire écrire une recette aux participants qui servirait de base à une liste d'achats à faire au marché. Mais par manque de temps ce jour-là, nous n'avons pu que réaliser la première partie de l'exercice. Chacun était libre d'inventer une recette ou encore d'en écrire une qu'il connaissait déjà.

3.2.2.7 Le retour de M. Smith
Ce jour-là, notre participant malade était rétabli et pouvait reprendre part au cours. Nous lui avions demandé auparavant de réfléchir à une explication pour l'absence subite de son personnage. C'était l'occasion pour les autres d'apprendre ce qui s'était "réellement" passé et de comparer avec leurs suppositions. L'exercice pour les participants consistait à exprimer leur réaction sous forme de dialogues entre leur personnage et un membre de la famille ou encore entre deux personnages, lorsque ceux-ci étaient célibataires.

3.2.3 Fin de l'histoire
Nous voici rendu à la troisième phase de la simulation globale, c'est-à-dire la fin logique de l'histoire. Il est important de donner une fin à la simulation globale afin que l'histoire soit complète. Dans notre cas, il était facile de trouver une fin logique et réaliste; toutes vacances ont une fin et tous les vacanciers doivent un jour ou l'autre rentrer à la maison. Les personnages devaient maintenant préparer leur retour et ensuite passer un coup de fil à un membre de leur famille à la maison pour expliquer quand et comment ils allaient rentrer.
Même si l'histoire est en fait terminée, il est possible de poursuivre la simulation globale pour une courte période en faisant une prospection dans l'avenir pour voir ce que sont devenus les personnages. Puisque nous avions encore un peu de temps, nous avons décidé de poursuivre de cette façon l'histoire. Nous avons alors dit aux participants que nous nous trouvions peu avant Noël. Avant de partir, les personnages avaient échangé leur adresse et c'était l'occasion maintenant d'envoyer des nouvelles à un des autres vacanciers. Les participants devaient écrire une lettre pour raconter ce qu'ils avaient fait pendant les derniers mois et pour envoyer leurs meilleurs vœux à l'occasion de Noël et de la nouvelle année.



3.3 "Laisser des traces"
Après avoir terminé les exercices, les tandems mettaient par écrit le résultat de leur travail soit sous forme de dialogue, soit sous forme d'un court texte, selon ce qu'on leur avait demandé. Presque tous les résultats ont été ainsi recueillis dans le but de créer un dossier que tous les participants ont reçu à la fin du cours. Une simulation globale est en fait un travail commun auquel chacun participe et apporte sa part pour la réussite de la simulation globale.
Il était important pour nous que tous les textes soient rédigés correctement. Cela prend du temps, mais c'est une phase essentielle du travail, afin que tous puissent profiter des résultats après le cours. Lorsque les participants retravaillent le cours à la maison, ils peuvent faire revivre la simulation globale et se rappeler les moments du cours qui leur ont particulièrement plu. En outre, ils reçoivent par écrit les résultats du travail de tous les autres participants et ne sont pas forcés de prendre tout en note pendant le cours. Les documents ont été réalisés en groupe et par le groupe. Ce n'étaient pas des textes préparés par nous à l'avance et auxquels ils ne s'identifient pas.



3.4 Commentaires et observations sur notre simulation globale
Même si nous sommes satisfaits du déroulement de notre simulation globale, nous avons fait face à quelques problèmes reliés à la gestion du temps et à la langue de travail.
La gestion du temps présente souvent des difficultés lors de la planification d'une simulation globale, car il est difficile d'évaluer à l'avance le temps que prendront les participants pour réaliser un exercice. Afin de pouvoir mieux gérer notre temps, nous avons décidé de leur donner des périodes de temps limitées pour réaliser les exercices. Malheureusement, nous croyons que ces indications les ont amené, consciemment ou non, à ne plus respecter les "règles du jeu", comme nous l'avons déjà mentionné en 3.1. Nous avons l'impression que les participants voulaient à tout prix produire de "bons" textes, et cela dans les plus court délais possibles. Il s'est donc installé peu à peu une dynamique de travail où le participant de langue maternelle dictait le texte à son partenaire. Lorsque nous avons constaté ce phénomène, nous avons tout de suite réagi en leur expliquant à nouveau le fonctionnement du travail tandem, c'est-à-dire que chacun doit produire son texte dans la langue étrangère selon ses capacités, et que le partenaire est là pour l'aider, non pour lui dicter ce qu'il devrait écrire.
Après que nous leur avons fait remarquer cela, les résultats de leur travail correspondaient beaucoup plus à leur capacités linguistiques et il était évident que les textes étaient plus authentiques que ceux produits auparavant, même si le niveau de complexité des textes était moins élevé.
De plus, nous avons remarqué que les participants s'appuyaient beaucoup trop sur leurs textes écrits pour la présentation des dialogues. Afin de les amener à parler spontanément et sans support écrit, nous avons intégré quelques périodes d'improvisation . Ces périodes ont été bien reçues de la part des participants. Ils ont ainsi pu prendre conscience de l'importance de l'expression orale pour communiquer dans la vie quotidienne.
Il était aussi parfois difficile de stimuler leur imagination et de les amener à s'identifier totalement à leur personnage. Était-ce un manque de motivation de la part des participants ou un manque d'assiduité de notre part ?
Lors d'une prochaine simulation globale, nous devrons veiller à expliquer les règles du jeu plus clairement et plus amplement et à ce qu'elles soient mieux respectées par les participants.



4. Rôle des professeurs lors d'une simulation globale
Le travail principal d'une simulation globale réside dans la préparation du cours. Puisque nous connaissions à l'avance le niveau de langue approximatif des participants, nous étions en mesure de définir des objectifs d'apprentissage appropriés à leurs besoins. Nous avons alors en conséquence développé le cadre général du déroulement de notre simulation globale ayant pour thème "l'immeuble". C'est ainsi qu'ont été créées les différentes unités décrites en 3.2. En outre, nous avons dû prévoir du matériel pour la réalisation des exercices correspondants aux unités.
Pendant le déroulement de la simulation globale avec les participants, notre rôle en tant que professeur était principalement celui d'observateur et de "moteur" de la création de l'histoire. pour commencer, nous avons donné aux participant le cadre dans lequel ils auraient à développer l'histoire. De plus, nous avons fait évoluer la simulation globale en exposant, au début de chaque unité, les nouveaux événements auxquels les participants devaient réagir selon leur rôle.
Lors des phases de travail, notre rôle consistait surtout à veiller à ce que les participants ne s'éloignent pas trop de leur personnage. Dans une simulation globale, il est important que les personnages créés restent plausibles et réalistes et qu'ils ne tournent pas en caricatures ou stéréotypes. Le rôle des professeur consiste à faire respecter cette règle du jeu et à éventuellement intervenir pour ramener les participants sur le bon chemin. Lorsqu'un des participants démontre des problèmes de motivation, les professeurs peuvent l'aider en lui donnant des conseils ou des idées, sans pour autant influencer de façon concrète l'évolution du personnage.
Les professeurs ne doivent pas oublier que ce sont les participants qui sont au centre de la simulation globale. Ils doivent aussi veiller à ce que ces derniers respectent les règles du jeu, afin qu'une histoire plausible soit créée et développée. En outre, une simulation globale devrait être entrecoupée de temps en temps de périodes de détente, des jeux par exemple, lorsque nécessaire. Savoir reconnaître ces moments fait aussi partie à notre avis des tâches des professeurs.



5. Conclusion
Encore une fois, notre expérience d'une simulation globale s'est avérée positive. Nos objectifs, tels que élargissement et encouragement de la compétence orale, plus grande flexibilité pendant la réalisation des exercices et meilleure intégration des participants, ont été atteints. Chacun avait la possibilité de s'exprimer selon ses connaissances et de retirer le maximum du cours, selon ses besoins. Lors d'une simulation globale, les participants sont confrontés à des situations proches de la réalité, ce qui leur permet d'apprendre et d'utiliser immédiatement du vocabulaire utile.
Même s'il n'était pas évident au départ que cette façon de travailler leur plaisait – nous avions souvent l'impression qu'ils se contentaient de faire les exercices que nous leur donnions, sans chercher à aller plus loin –, ils ont tous exprimé leur satisfaction à la fin du cours. Le travail en tandem avec les changements des participants leur a particulièrement plu et les jeux pour entrecouper les phases de travail de la simulation globale étaient toujours les bienvenus. Ils ont aussi apprécié de pouvoir mettre tout de suite en application, à l'aide des différents exercices de notre simulation globale, les nouvelles connaissances grammaticales acquises lors des phases mononationales.
Travailler avec la simulation globale est toujours stimulant pour nous. Il est plus facile d'intégrer les différents niveaux de connaissances des participants au sein d'un même groupe et c'est intéressant de voir comment une histoire peut se développer grâce à l'apport de chacun. C'est cela ce qui nous encourage à vouloir répéter l'expérience lors d'un prochain cours de langue franco-allemand.



Appendice 1 : Plan de cours - simulation globale

Jour
Unité
Description de l'exercice
Objectifs
1er Création des personnages Les participants doivent déterminer leur rôle (travail en tandem). Présentation personnelle : nom, âge, date de naissance, nationalité, profession, situation familiale.
Description physique des personnages Les participants doivent décrire le physique de leur personnage (travail en tandem). Description d'une personne: couleur des yeux et des cheveux, poids, taille, signes particuliers, vêtements.
2e Distribution des appartements Les participants doivent discuter en plénum de leur choix. Exprimer son opinion : souhaits, préférences.
Ameublement des appartements Les participants doivent meubler leur appartements et inscrire le vocabulaire dans les deux langues. Travail de vocabulaire : indications des pièces et des meubles dans un appartement.
3e Description d'une pièce Les participants doivent décrire complètement une pièce de leur appartement et le présenter au groupe. Description d'un lieu : sous, devant, derrière, entre, etc.
Description de l'emploi du temps Les participants doivent décrire une journée typique de leurs vacances. Déroulement de la journée : l'horaire et les activités.
4e Cambriolage de la voiture de Gino Les participants doivent en plénum établir une liste de questions qui serviront ensuite de base à la création d'un dialogue entre leur personnage et un enquêteur (rédaction du dialogue en tandem); présentation des dialogues par la suite. Forme interrogative : poser des questions et y répondre; utilisation du temps passé.
5e Visite chez la voyante Les participants doivent mettre par écrit les prévisions de la voyante (travail en tandem); présentation des prévisions aux autres participants. Utilisation du futur : exprimer des prévisions.
Envoi d'une carte postale Les participants doivent écrire et créer une carte postale pour raconter leurs vacances (travail en tandem); ensuite, présentation des travaux. Rédaction d'une carte postale : formules de salutation.
La disparition de M. Smith Les participants doivent, sous forme d'un dialogue, exprimer leur opinion sur la cause de l'absence subite d'un des personnages (travail en tandem); présentation des dialogues. Exprimer son opinion et des suppositions : je pense que..., je crois que..., peut-être que..., etc.
6e Un grand froid à La Grande Motte Les participants doivent en tandem formuler une plainte sous forme d'un appel téléphonique. Passer un appel; formulation d'une plainte
7e Une recette Les participants doivent mettre par écrit une recette (travail en tandem). Utilisation de l'impératif et des expressions de quantité.
8e Le retour de M. Smith Les participants doivent en tandem composer un dialogue pour exprimer leur réaction sur le retour de M. Smith; présentation des dialogues. Exprimer une réaction sur un événement.
9e La fin des vacances Les participants doivent téléphoner à un membre de leur famille pour lui indiquer quand et comment il revient à la maison (travail en tandem); présentation des dialogues. Donner des indications sur le déroulement d'un voyage : parcours, heure de départ et d'arrivée, changements en cours de route.
Envoi d'une lettre Les participants doivent composer une lettre (travail en tandem). Rédaction d'une lettre : formules de salutation et envoi de souhaits.