Contexte

De nombreuses écoles font la démarche de rendre concrètes leurs aspirations à la mobilité, qu’il s’agisse d’une mobilité en lien avec la formation – c’est-à-dire la création de réseaux entre les différents types d’établissements d’enseignement –, de la mobilité internationale (échanges, voyages scolaires, échanges d’enseignantes ou d’enseignants) ou à travers la coopération avec des réseaux extrascolaires locaux ou régionaux (par exemple des associations, des bibliothèques, des initiatives artistiques ou des ateliers).

Les recherches antérieures ont mis en évidence que les activités proposées par ces réseaux dans le cadre de la mobilité ne font souvent pas partie intégrante des programmes d’enseignement, et sont au contraire considérées comme un supplément. Cette problématique se manifeste aussi par les efforts pour le développement d’enseignements et d’établissements inclusifs, et par un engagement systématiquement individuel de la part des professeures ou des professeurs. Le projet de recherche s’efforce donc de se concentrer sur les écoles qui montrent plus qu’une simple aspiration à la mobilité et qui peuvent être considérées comme « institutionnellement mobiles ».

 Objectifs

L’équipe de recherche franco-allemande a pour but de déterminer quels éléments structurels sont un frein ou au contraire propices à la mobilité à l’école. Des propositions seront faites pour inclure la mobilité, en particulier la mobilité internationale, dans le quotidien scolaire. Les résultats de cette étude devraient également permettre de développer la formation universitaire des enseignantes ou des enseignants, ainsi que la formation continue des directrices ou des directeurs d’établissement scolaire.

 Méthodologie et procédure

L’équipe de recherche travaille sur la base d’interviews et de questionnaires ciblés. L’utilisation ultérieure éventuelle de la vidéo dépendra du degré de coopération des écoles. L’étude portera sur 10 écoles de France et d’Allemagne. L’équipe choisira d’interroger du personnel de direction et, selon les écoles, les enseignantes ou les enseignants organisant des échanges, de même que les élèves participantes ou participants. Pour déterminer les écoles peuvent enrichir notre étude, nous sollicitons notamment les contacts déjà existants du réseau Austausch macht Schule (« L’échange fait l’école »). Que ces écoles aient une expérience préalable dans le domaine de la mobilité est sans importance. D’autres établissements prêts à faire partie de l’expérience peuvent également être contactés.

 Publications

Les entretiens seront évalués par l’équipe de recherche franco-allemande. Les résultats seront ensuite présentés dans une publication à la fin du projet. Afin de permettre le transfert des résultats de recherche, le traitement des concepts élaborés et de la documentation devra permettre une exploitation lors de la formation universitaire des professeures ou des professeurs et de la formation continue des directrices ou des directeurs d’école.

L’équipe de recherche est composée de 10 chercheuses et chercheurs, 5 de chaque pays.

 Membres de l’équipe de recherche

 Les membres de l’équipe de recherche et personnes de contact sont (par ordre alphabétique) :

  •  Prof. i.R. Dr. Marianne Krüger-Potratz, Westfälische Wilhelms-Universität, Münster
  •  Christiane Montandon, professeure émérite en Sciences de l’Éducation et des Sciences Sociales, Université Paris XII, Laboratoire LIRTES, Paris 
  •  Frédérique Montandon, maître de conférences en Sciences Sociales, université Paris-Est Créteil, Paris
  •  Prof. Dr. Bernd Wagner, Erziehungswissenschaftliche Fakultät, Universität Leipzig (direction de la recherche)