Context

Depuis plus de 50 ans, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) est impliqué dans le développement des rencontres franco-allemandes de jeunes. En tant que maillons précieux dans la consolidation de l’Europe, ces rencontres ont pour but de créer les conditions pour favoriser des sociétés d’échanges ouvertes et solidaires.

Avec l’utilisation de plus en plus fréquente de l’anglais et la participation accrue de jeunes issus de famille ayant vécu des migrations récentes, la question du plurilinguisme dans les rencontres est devenue centrale.

C’est pourquoi l’OFAJ a lancé en 2016 le projet « Mise en valeur et développement des répertoires plurilingues dans les rencontres franco-allemandes de jeunes (Pluri-FrAl) », pour étudier de manière approfondie le plurilinguisme des participantes ou des participants aux rencontres franco-allemandes.

La question de l’impact des mouvements de migration internationale, d’une part, et de la domination de l’anglais dans les situations de contact linguistiques, d’autre part, sur le microcontexte sociolinguistique des rencontres franco-allemandes sera donc au cœur des préoccupations de ce projet.

Objectifs

Les rencontres de jeunes sont encadrées par des animatrices ou des animateurs linguistiques formés par l’OFAJ qui ont pour mission d’accompagner l’ouverture à l’altérité linguistique et culturelle des participantes ou des participants. Dans ce contexte, les méthodes employées sont décisives pour le bon déroulement des rencontres et le respect des objectifs de l’OFAJ.

Ainsi, l’objectif de ce projet de recherche est de contribuer à l’enrichissement et l’adaptation de la formation des animatrices ou des animateurs linguistiques pour répondre aux nouveaux enjeux. Il s’agit de développer des outils pour que la diversité ne soit plus vécue comme un frein, mais comme une occasion de s’ouvrir à l’altérité et de rendre possible un dialogue avec les langues et cultures. Les démarches entreprises devront donc permettre aux participantes ou aux participants ainsi qu’aux animatrices ou aux animateurs de repenser les langues, en particulier celles des partenaires, et leur utilisation au-delà du bilinguisme franco-allemand.

Les résultats concernant les méthodes et les propositions développées seront consignés dans des ressources vidéo et des supports d’accompagnement qui pourront être exploités pendant la formation.

 Questions de recherche

Pour développer des méthodes et des outils pédagogiques pertinents, la question suivante est étudiée : « Comment la diversité des répertoires langagiers des participants est-elle mobilisée dans les rencontres franco-allemandes ? »

Il s’agira notamment de savoir comment les expériences plurilingues que les participantes ou les participants ont déjà vécues peuvent servir de leviers pour atteindre les objectifs de ces rencontres et les enrichir.

D’une part, il faut étudier la place qu’occupe l’anglais, qui s’est imposé comme la langue utilisée lors des échanges internationaux et qui occupe une place de choix dans l’enseignement des langues des 2 pays.

Le projet veut, d’autre part, explorer la place qu’occupent les autres langues des répertoires langagiers des participantes ou des participants, notamment les langues issues du parcours migratoire de leurs familles, mais aussi, dans certains cas, les langues régionales (cas de l’alsacien par exemple). Quelles places les langues ou les variétés de langue occupent-elles dans les situations de communication informelles, comment sont-elles mobilisées dans le cadre de l’animation linguistique, sont-elles considérées comme secondaires ?

Pour les recherches, l’attention est non seulement portée sur l’utilisation de la langue dans les rencontres, mais aussi sur les pratiques et les représentations des jeunes ou des animatrices ou des animateurs linguistiques. Comment se forment-elles et peut-on les observer lors des rencontres ?

Le projet s’interrogera, de manière plus générale, sur la question des normes langagières dans les rencontres, comme les normes lexicales, syntaxiques ou de communication, notamment le choix des langues.

 Méthodologie et mode opératoire

D’un point de vue méthodologique, le projet s’appuie à la fois sur une enquête de terrain et la recherche-action.

Dans le cadre de la recherche ethnographique de terrain, nous observons les pratiques langagières dans les rencontres subventionnées par l’OFAJ pour documenter et comprendre les pratiques actuelles de communication et d’animation dans les rencontres et les pratiques de formation dans les stages de formation à l’animation linguistique. Pour cette partie de la recherche, nous utilisons des outils comme des entretiens, des enregistrements d’interactions ou l’observation participante.

La partie recherche-action du projet accompagne l’expérimentation de nouvelles pratiques de formation des animatrices ou des animateurs et l’application des animations dans les rencontres de jeunes. Nous nous appuyons sur la collaboration avec un pool de formatrices ou de formateurs à l’animation linguistique, qui sont invités par l’OFAJ à participer 2 fois par an à des discussions autour des méthodes employées.

La dimension participative et collaborative de notre approche de recherche vise à impliquer toutes les parties prenantes dans le processus de questionnement et d’élaboration de propositions d’action, y compris les participantes ou les participants aux rencontres.

L’enquête de terrain et la recherche-action sont complémentaires. Un travail d’interprétation collective des pratiques observées permettra dans un premier temps d’estimer si le plurilinguisme peut être considéré comme un facteur favorisant les pratiques multilingues. Dans un second temps, il sera possible d’identifier quelles pratiques seront particulièrement utiles pour le pool et sur lesquelles il faudra focaliser l’attention. Ainsi, l’équipe de recherche sélectionnera en accord avec le pool des pratiques d’animation pour qu’elles soient expérimentées et puissent être étudiées de manière à s’interroger sur leur mise en œuvre et leur impact. Les avancées constatées lors de la mise en pratique pendant les rencontres de jeunes seront ensuite documentées et évaluées.

Publications

Le rapport de recherche rédigé à la fin du projet présentera les résultats de l’enquête de terrain et un compte-rendu de la recherche-action comme texte de travail de l’OFAJ. Les présentations lors de colloques et la publication d’articles sont d’autres éléments de la valorisation de ce projet de recherche.

 Membres du groupe de recherche

  • Violaine Bigot, maître de conférences, DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures), Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, Paris
  • Alice Levy, doctorante, Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, Paris
  • Sarah Mutschler, doctorante, université Paris 3, Didactique des langues, spécialité Français Langue Etrangère, Langue Seconde et Interculturalité, Paris
  • Prof. Dr. Olivier Mentz, Dekan der Fakultät für Kultur- und Sozialwissenschaften, Pädagogische Hochschule Freiburg i. Br.
  • Dr. phil., Ingelore Oomen-Welke, Professorin i.R. für deutsche Sprache und Sprachdidaktik an der Pädagogischen Hochschule Freiburg i.Br.