Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Dans le cadre d’un projet franco-germano-polonais, soutenu par l’OFAJ, 24 jeunes sourds et malentendants ont rencontré Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale et Coprésident du Conseil d’administration de l’Office, le 21 février dans les locaux de l’Institut national des jeunes sourds de Paris (INJS).

Cette rencontre a eu lieu alors que les participants séjournent pendant cinq jours à Paris, après une première étape à Berlin, pour travailler ensemble à la création d’une exposition sur le thème « Etre jeune sourd en 2018 ». Ils abordent cette question à travers le dessin, la photographie, le collage ou encore le théâtre.

Elodie Hemery, Directrice de l’INJS, a pu à cette occasion présenter les missions de l’institut, unique en France, proposant un enseignement tout au long du parcours de l’enfant sourd, quelles que soient sa situation et ses fragilités. Permettre à des jeunes confrontés à des difficultés multiples de s’ouvrir à la mobilité est justement l’une des priorités que s’est fixée l’OFAJ dans le cadre de sa stratégie « Diversité et Participation » a rappelé sa Secrétaire générale, Béatrice Angrand. Les rencontres trinationales comme celle-ci permettent  en outre d’élargir l’expérience franco-allemande à d’autres pays. Une troisième partie du projet est ainsi prévue au mois d’avril à Varsovie. La Pologne est d’ailleurs le pays tiers avec lequel l’OFAJ et ses partenaires réalisent le plus de rencontres. 1 189 projets franco-germano-polonais comptant 17 665 participants ont été subventionnés depuis 1999 ce qui illustre la dynamique initiée avec le triangle de Weimar. Jean-Michel Blanquer a quant à lui salué la qualité de ce projet inclusif alliant les méthodes pédagogiques de l’éducation formelle et non formelle et favorisant l’amitié entre les jeunes d’Europe.

La discussion s’est tenue en 5 langues différentes  (allemand, français, polonais et les langues des signes équivalentes pour les deux dernières). Elle a montré combien il est nécessaire de rendre plus accessible l’utilisation de la langue des signes dans l’espace public. Les jeunes ont par ailleurs appelé l’attention du Ministre Jean-Michel Banquer sur le déficit d’enseignement de la langue des signes internationale dans les systèmes éducatifs nationaux, ce qui entrave l’intégration et la participation à des programmes de mobilité internationale et européenne. Les jeunes participants avaient adressé des vœux similaires au Secrétaire d’Etat allemand au ministère de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse, Ralf Kleindiek, qu’ils avaient rencontré en novembre dernier à Berlin à l’occasion de la 12ème session du Conseil d’administration de l’OFAJ.

Organisé à l’initiative du Centre Français de Berlin en partenariat avec la Margarete-von-Witzleben Schule de Berlin, l’association Peuple et Culture et l’INJS ainsi que l’institut pour jeunes sourds Głuchoniemych de Varsovie, le projet a également bénéficié d’un soutien financier de la Ville de Paris.

Sur les réseaux sociaux