"La jeunesse peut jouer un rôle tampon pour atténuer les effets des changements climatiques"

L'interview du mois

Saad Fikri est étudiant marocain de 23 ans à l’Université de Sassari en Italie. Il est passionné par la nature et la protection de l’environnement, à tel point qu'il a décidé d’en faire son futur métier. Il est actuellement en deuxième année de master en Gestion de l’environnement et du territoire marin et aimerait étudier par la suite l’effet des changements climatiques sur la biodiversité marine. En parallèle de son cursus académique, il s'engage activement dans la société civile pour la sensibilisation et la médiation scientifique auprès de l’association marocaine des "Petits Débrouillards". Ce qui lui a permis en 2015 de découvrir l’OFAJ et de participer au Forum de jeunes "Prends ta planète en main".

Saad participe aussi à la Conférence jeunesse pour l'action climatique (COY13), où il échange actuellement avec 32 autres jeunes dans le cadre du Forum de jeunes franco-germano-québécois-marocain, organisé par l'OFAJ en partenariat avec l'Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ), Nous l'avons rencontré pour lui poser quelques questions :

Tu as suivi le projet « Forum des jeunes – Prends ta planète en main » depuis le début du projet, tu y as activement participé. Quels souvenirs tu en gardes (Hambourg en 2015 et Maroc en 2016) ? 

J’en garde de merveilleux souvenirs, de belles rencontres avec des jeunes d’horizons différents qui partagent cette même passion pour l’environnement, l’interculturalité et la tolérance. Je me suis lié d’amitié avec une bonne partie d’entre eux et on ne rate aucune occasion pour se revoir et retravailler ensemble. Je garde aussi du forum un sentiment de fierté et de satisfaction par rapport à la qualité du plaidoyer qu’on a pu réaliser et la pertinence des dix recommandations qui en sont sorties. Et l’un de mes plus beaux souvenirs lors de cet évènement fut pendant la cérémonie de clôture, lorsque j’ai eu la chance d’exposer devant tous les participants, les scientifiques et les politiques invités, les 10 recommandations qu’on avait réalisées auparavant.

Qu’attends-tu de cette troisième étape à Bonn ?

J’ai beaucoup d’attente par rapport à cette étape : pour commencer plus d’actions concrètes contre le réchauffement climatique et moins de paroles en l’air et de politiquement correct. J’espère que le président Donald Trump pourra reconsidérer sa position de climatosceptique, et que toutes les parties présentes œuvreront ensembles pour le bien-être de notre planète et non de leurs propres intérêts. Et pour cela j’attends de la société civile qui sera à Bonn d’être active et de faire pression sur les décideurs.

Quelles actions sont prévues pour la COY13 pour votre délégation franco-allemande-marocaine-québécoise ?

Cette année, notre délégation aura un rôle important à jouer lors de la COY13 car on ne sera pas que de simples participants, mais aussi des contributeurs au programme. En effet, nous aurons la chance d’animer quatre ateliers durant les trois jours. Le premier sera sur la sensibilisation scientifique et s’intitulera « la science derrière les changements climatiques (simples expériences scientifiques) » il sera animé par moi-même et Montassire. Le deuxième atelier sera animé par Lena et s’intitulera « décroissance et croissance verte ». Le troisième se fera avec nos amis québécois et s’intitulera « la jeunesse pour l’eau et le climat ». Finalement, pour le dernier jour nous allons tous animer un atelier de présentation de notre délégation et du travail qu’elle a fait depuis Hambourg jusqu’aux journées environnementales de Tübingen et il s’intitulera « Délégation des jeunes franco-germano-québécois-marocaine de la COP21 à la COP23 ».

Pourquoi est-ce que tu t’engages pour le climat ?

Car je suis intimement convaincu que le futur de notre planète sera fortement lié aux changements climatiques, et que si nous ne faisons rien pour l’arrêter dès maintenant ou juste diminuer son intensité, d’innombrables catastrophes risquent de s’abattre sur la terre et de la changer à tout jamais. Que ce soit la destruction de la biodiversité avec l’extinction de milliers d’espèces, ou bien les guerres climatiques futures qui nous attendent avec les déplacements de populations entières. Parfois, j’ai du mal a réaliser pourquoi le climat n’est qu’un sujet de seconde importance pour certaines personnes.

Quel rôle peut jouer la jeunesse dans la lutte contre le réchauffement climatique selon toi ?

Elle peut jouer un rôle politique, d’abord en votant pour les partis les plus respectueux de la nature, en second lieu la jeunesse peut jouer un rôle tampon pour atténuer les effets des changements climatiques, et cela en adoptant un style de vie écoresponsable. Et enfin,en s’instruisant et en choisissant les filières d’études à impact positif pour la nature, tels que les énergies renouvelables, l’architecture écologique et l’écotourisme par exemple. 

Sur les réseaux sociaux