Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Vendredi 22 janvier, date anniversaire du Traité de l’Elysée, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, rencontrait le Plénipotentiaire, chargé des relations culturelles franco-allemandes. A l'occasion d'une conférence de presse elle a présenté la stratégie langues vivantes. L’OFAJ en a pris connaissance et s’est particulièrement intéressé à la présentation des cartes des langues des académies. Il note les avancées et veut souligner quelques points d'attention.

  • 1000 écoles élémentaires supplémentaires proposeront l’allemand en LV1 et
  • 700 nouveaux collèges en LV2
  • 70% des classes bilangues maintenues mais une disparité sur l'offre 

Pour permettre le développement des classes bilangues de continuité, L’OFAJ soutiendra les académies et les enseignants dans le primaire en proposant des outils pédagogiques comme la valisette franco-allemande, Tele-Tandem, Tête à Tête ou L’année en fête(s) et en optimisant – en coopération Ministère de l’éducation nationale et les Länder - son programme d’échanges d’enseignants du 1er degré.      

L'offre de classe bilangues de part sa disparité suscitera la vigilance de l’OFAJ qui est convaincu qu’elle représente un atout pour les établissements, notamment d’ailleurs ceux implantés dans les zones sensibles.

L'OFAJ poursuivra son travail de promotion de l’allemand, afin d'alimenter les classes d'allemand deuxième langue en 5e notamment grâce au programme mobiklasse.de qui, en se déplaçant dans les établissements de 11 académies, a déjà touché près de 700 000 élèves.

Selon l'OFAJ, la nouvelle stratégie des langues doit agir aussi pour que l’amélioration de l’offre linguistique bénéficie également aux élèves de REP et REP+. L’OFAJ accompagnera cette tendance en favorisant l’accès à ses offres d’échange aux Jeunes avec moins d’opportunités *et s’est fixé l’objectif d’atteindre, à l’horizon 2020, 20% de ces publics parmi les participants à ses programmes, soit 40 000 jeunes chaque année.

La pratique de la langue du pays voisin est essentiel à plus d'un titre : elle représente un atout professionnel fort du fait de la densité des échanges économiques entre la France et l'Allemagne, elle permet de mieux comprendre la culture et l'univers de référence du pays voisin évitant préjugés et malentendus et enfin, sans en être une condition,  elle facilite l'accès de tous aux programmes de mobilité dont l'impact est reconnu sur l'acquisition de compétences personnelles, professionnelles et sociales ( ouverture d'esprit, tolérance, élargissement de l'expertise professionnelle etc).

Pour plus d'informations :

*terme en vigueur à la Commission européenne