Attention : cette page n'a pas été mise à jour depuis plus de 6 mois. Les informations ne sont plus actuelles.

Organisé par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et le Centre Français de Berlin (CFB) en coopération cette année avec l’Union Internationale de Francfort-sur-l’Oder, ce réseau de professionnels du travail avec la jeunesse s’engage depuis sa création en 2006 pour la promotion de la diversité et de la participation des jeunes dans la société.

La rencontre s’est ouverte dans le cadre prestigieux de la Salle du Sénat de l’Université Européenne Viadrina en présence de Janine Nuyken, vice-présidente pour l’enseignement et du Collegium Polonicum de l’Université Européenne Viadrina qui a souligné l’importance accordée la diversité au sein de son université ; Astrid Goethe, présidente de l’Union Internationale (Internationaler Bund) dans la région de Berlin et du Brandebourg qui a rappelé les nombreuses actions entreprises pour l’insertion professionnelle des jeunes et adultes dans la région ; Florian Fangmann, directeur du Centre Français de Berlin (CFB) qui organise la rencontre ; et Sabine Stuchlick, responsable des questions de l’égalité des chances et du handicap à la ville de Francfort-sur-l’Oder.

Après une courte présentation modérée par Géraldine Gay (CFB) et Kamel Remache de la Mission Locale de Taverny, les participants se sont réunis en petits groupes pour échanger autour de la question de l’Europe et ses implications dans les domaines personnels et professionnels.

La journée s’est terminée par une discussion podium autour de cette thématique. Thomas Hetzer de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse a expliqué comment son institution atteint les « jeunes éloignés de la perspective d’un échange interculturel » à travers par exemple des échanges de jeunes pompiers ; Elisabeth Berger, directrice du bureau de Formation Interculturelle à l’OFAJ a rappelé l’engagement de l’institution à offrir une chance d’échange interculturel à tous les jeunes ; Marlène Schmitt de l’Association Champigny Prévention a souligné l’importance du réseau pour répondre à des questions très pratiques auxquelles sont confrontées les professionnels du travail avec la jeunesse ; Elise Le Bréquier de l’Institut Français de Sarrebruck a pour sa part évoqué la question de l’inclusion.

A partir du deuxième jour, les participants se sont réunis dans les locaux de l’Union Internationale. La première matinée a été studieuse puisque les participants se sont répartis en trois groupes de travail pour discuter et avancer des propositions.

Le premier groupe s’est penché sur la question du genre et ses implications dans le travail avec la jeunesse. Après une introduction du thème par Garance Thauvin à travers des jeux interactifs, les participants ont raconté leurs expériences personnelles et professionnelles. Quelques expériences très intéressantes de travail avec des groupes de jeunes garçons ou filles ont été évoquées par les participantes allemandes. Le débat, modéré par Borris Diederichs (OFAJ) et Elisa Meyer (CFB), a suscité beaucoup d’émotions parmi les participants, d’où il est ressorti la nécessité d’un approfondissement de la question pour que les professionnels ne se sentent plus démunis face à ces questions.

Le second atelier de réflexion avait pour thème : Inclusion et participation – Barrières et potentiels. Le débat fut initié par Rebecca Daniel de l’association Handicap et travail coopératif dans le domaine du développement (bezev : Behinderung und Entwicklungs-zusammenarbeit) et modéré par Florian Fangmann (CFB). Pour de nombreux participants, le concept d’inclusion était tout nouveau et grâce à lui, ils ont pu découvrir de nouvelles perspectives pour intégrer davantage les différents publics avec lesquels ils travaillent.

Le troisième atelier était beaucoup plus politique car il se penchait sur l’identité européenne et  la représentation politique dans un contexte de crise. Modéré par Kamel Remache, le groupe de travail a débuté par une présentation des projets de la Maison de l‘Europe des Yvelines par Christine Colleville et des initiatives de Clever internationale Bildung e.V. par Boris Bocheinski. Ensuite, les participants ont exposé leurs idées plus ou moins concrètes, et il en est ressorti que de nouvelles formes de participation plus directes restaient à inventer.

Après le repas en commun, les participants se sont répartis en cinq groupes pour effectuer les visites. De plus amples informations sont fournies dans le programme des journées (lien ci-dessous). Le soir, les participants ont traversé l’Oder pour découvrir Slubice, la ville partenaire de Frankurt (Oder)  et la gastronomie polonaise.

La troisième journée a débuté avec une présentation du programme Erasmus + par Daniel Pichert de Europa Beratung Berlin. Il en est ressorti les fonds consacrés au financement des projets ont augmenté. Borris Diederichs a ensuite présenté les possibilités de financement offertes par l’OFAJ  et les projets ciblant les JAMO. Tous les participants ont montré un vif intérêt pour ces informations.

L’après-midi a commencé par une présentation des résultats des groupes de travail et des visites sous la forme d’une discussion podium en chaise musicale/méthode fishbowl (chaque membre du public ayant la possibilité de se joindre au débat, ce qui oblige les autres participants à se décaler d’une chaise, le dernier de la chaîne sortant du podium). Borris Diederichs a assuré la modération. Ensuite, une bourse aux projets a eu lieu lors de laquelle les participants se sont réunis en petits comités pour discuter d’éventuels échanges entre leurs associations ou organismes respectifs.

La soirée  de cloture a débuté par un repas sur le thème de l’Oktoberfest pendant lequel l’artiste algérien Mustapha a interprété des chansons sur des sujets éternels comme l’amour et la tolérance. Mustapha a été ensuite rejoint par le philosophe-performeur-chanteur-chef-de-projet (entre autres) Christel Gbaguidi de Initiative Arts Vagabonds Deutschland, qui a improvisé un hymne au réseau et à l’OFAJ repris par l’assistance bluffée par tant de talent. Le repas fini, les convives se sont déhanché sur la musique de Luc le truc .

Le dimanche, les participants ont effectué le compte-rendu des jours passés et en trois groupes ont fait des propositions pour la prochaine rencontre. Puis le moment des « au revoir » est venu et beaucoup se sont promis de se revoir l’année prochaine.

Discussion-podium lors de l’ouverture

© Bocheinski

Groupe de travail Europe

© Bocheinski

Présentation des résultats

© Bocheinski