Le jeune ensemble de danse « Ohne Stimme » (Sans Voix) Présente
« Passages à Portbou »

Ils fuient – sur des radeaux sur la mer Méditerranée, en escaladant pied nus des montagnes de barbelés, dans des bus ou par des trains de marchandises. Ce sont par milliers que des Hommes empruntent des passages périlleux au risque de leur vie pour atteindre l’Europe de l’Ouest. Ils se sauvent de la guerre, de la pauvreté, des persécutions ou encore de la désertification écologique de leur pays d’origine. Ces personnes cherchent une protection aussi bien qu’elles ont en ont besoin. Mais dans des nombreux endroits en Europe, elles font l’expérience de la détention, de la faim, de la misère et d’un rejet violent prenant des relents nationalistes.

Dans le cadre de l’édition 2019 du Festival franco-allemand PERSPECTIVES aura lieu la toute première représentation en Allemagne du ballet « Passages à Portbou – Walter Benjamin et la mémoire de ceux qui n’ont pas de nom ». Plus de 60 adolescents et jeunes adultes venus d’Allemagne, de France, de Bosnie, de Roumanie et d’Espagne constitue le jeune ensemble de danse Ohne Stimme (« Sans Voix »). Au travers de la danse urbaine contemporaine, ces jeunes danseurs se confrontent à la situation actuelle de l’Europe et s’interrogent sur une question existentielle : « Que se passe-t-il lorsque notre propre existence est remise en question ? ». Pour cela, ces jeunes artistes passeront 10 jours ensemble, du 30 mai au 9 juin 2019 au Spicheren à la frontière franco-allemande. Ils pourront ainsi vivre ensemble, s’entraîner, répéter, discuter et danser. L’encadrement sera assuré par une équipe internationale pédagogique, les chorégraphes, les producteurs de musiques, musiciens-interprètes, acteurs et artistes graphistes.

La pièce a été élaborée en juillet 2018 à Portbou (Espagne). C’est à cette occasion que les jeunes ont pu présenter pour la première fois ce travail en
public.

Walter Benjamin et Portbou

Le lieu où la pièce a été créée est chargé d’une signification bien précise : il s’agit d’un lieu-clé à la frontière franco-espagnole pour de nombreuses
personnes en exil dans les années 1930-1940. Certains y ont trouvé une issue qui les a sauvés, d’autres une impasse.

Walter Benjamin est un grand nom moderne de la Philosophie et de la critique des arts. Lorsqu’il atteignit enfin la petite ville côtière, après avoir parcouru des kilomètres á pied à travers les Pyrénées, il se vit refuser par les services frontaliers le droit de passer du côté espagnol-et par là de trouver un refuge pour sa survie- en raison d’un tampon manquant sur ses papiers. Par peur d’être arrêté et livré au régime nazi, il décide de se donner lui-même la mort.

Afin d’honorer la mémoire de ce destin tragique et de tous ses semblables
massivement pourchassés, l’artiste israélien Dani Karavan fit édifier en 1994
un moment de passage à Portbou.

« Il est plus difficile d’honorer la mémoire des sans nom que celle des
Hommes célèbres. La construction historique est dédiée à la mémoire de
ceux qui sont sans nom. » – Walter Benjamin

C’est avec la pensée riche de Walter Benjamin en tête que les jeunes sans voix dansent, chantent et luttent de manière impressionnante contre l’oubli
de l’incalculable nombre d’humains qui fuient et qui ont fui. Leurs mouvements disent NON aux rejets nationalistes et OUI à une société plus proche et plus humaine, qui donne une place à des cultures différentes, dans l’ouverture et le respect. Le projet, primé en 2019 par l’instance pour la Démocratie et la tolérance, opposé à l’extrémisme et à la violence, offre une voix à tous ceux qui ont dû rester silencieux au cours de l’Histoire. Un ballet véritable et remarquable, qui plaide pour la cohésion et l’ouverture au coeur de la société.

Série de projets « Passages »

La série de projets PASSAGES a vu le jour en 2013 grâce à l’initiative de Heiner Buchen, attaché au Décanat de Sarrebruck.

Un camp de danse s’étalant sur deux semaines est organisé une fois par an, au cours duquel les jeunes ont l’opportunité d’élaborer ensemble une pièce dansée sous la direction de chorégraphes internationaux.

Les principes fondamentaux de ce projets sont de créer un endroit de rencontre interculturelle, de se remémorer le passé européen, de poser un
regard critique sur le présent et de poser les jalons d’un avenir européen commun. À ce titre, la danse « de rue » apparaît comme un moyen universel
de rassembler des personnes au-delà des frontières étatiques et des barrières linguistiques. Ces camps de danse ont lieu chaque année à un endroit
différent ayant marqué de manière importante l’Histoire de l’Europe. C’est à ce titre que les pièces dansées sont intimement liées à l’histoire du lieu où elles sont créées. C’est aussi là qu’elles sont représentées pour la première fois. Une reprise dans le cadre du rapprochement franco-allemand a
généralement lieu dans l’année qui suit à l’occasion du festival d’arts de la scène PERSPECTIVES.

Ensemble de danse « Ohne Stimme » (Sans Voix)

Un grand nombre de jeunes ont participé à titre de danseurs aux projets PASSAGES au fil des années. Certains d’entre eux ont été présents lors de
chaque édition. Parmi ces anciens danseurs, certains sont eux-mêmes devenus les chorégraphes de ce ballet ou bien participent à la mise en place du projet en coulisses.

Peu importe leur position actuelle, qu’ils soient fraîchement arrivés ou présents depuis les débuts, ils forment tous le Jeune Ensemble International de Danse « Ohne Stimme ».

Contact

https://www.ohnestimme.com

Directeur de projet :
Heiner Buchen +49 6 81 70 06 18
dekanat-saarbruecken@freenet.com

Service de communication et relation avec le public :
passagen.tanz@gmail.com
Ida Kammerloch (+49 1 57 35 53 49 47)
Mara Wagner (+49 1 51 61 05 43 67)

05. (19:30) + 07. (10:00) JUIN 2019
LES HAUTS DE SPICHERER (TERRAIN DE SPORT),
SPICHERN

DIRECTION DU PROJET HEINER BUCHEN, DECANAT SARREBRUCK
ÉQUIPE PEDAGOGIQUE ET ORGANISATION HERMANN SCHELL,
DANIELA CICCOLINI, VICTORIA STEINMETZ, FELICITAS OFFERGELD,
BIANKA WOLLBOLD, ADNAN ALLOUCH, BETTINA SOREL,
MISE EN SCÈNE DANIELA RODRIGUEZ
ASSISTANT MISE EN SCÈNE NECRO (CHRISTIAN ENREQUE OBERTO
GUERRA), INES ARNONE, HEINER BUCHEN
CHOREGRAPHIE YELIZ PAZAR, SAFET MISTELE, HANNAH CHANDRA
MAHLER, WAITHERA SCHREYECK
DRAMATURGIE DANIELA RODRIGUEZ, HEINER BUCHEN
MUSIQUE ORIGINALE CARSTEN THIELE
COMMUNICATION&RELATIONS PAVEC LE PUBLIC IDA KAMMERLOCH,
MARA WAGNER
TEXTE ESTHER ROCA VILA
CHANT NECRO

CONSEILLÉ DÈS L’ÂGE DE 12 ANS
SANS PAROLES
DURÉE 65MIN

Projets précédents

  • 2013 Spichern, France « Ohne Grenzen – Sans Frontières »
  • 2014 Sarajevo, Bosnie « P.O.S.T.#14 »
    2015 Reprise dans le cadre du Festival Perspectives
  • 2016 Targu Jiu, Roumanie « Fara Voce – Sans Voix »
    2017 Reprise dans le cadre du Festival Perspectives
  • 2018 Portbou, Espagne « PASSAGEN À PORTBOU – Walter »
    Benjamin et la mémoire de ceux qui n’ont pas de nom
    2019 Wiederaufnahme im Rahmen des Perspectives Festival