Association des étudiants toulousains amis de l'Université de Bonn

L’association fut créée en décembre 1976 par trois étudiants en médecine suite au jumelage entre le Crous de Toulouse et son homologue allemand le Studentenwerk de Bonn, soutenu par l’OFAJ. L’association contribue à développer les liens d’amitié et les échanges culturels et scientifiques entre étudiants des Université de Bonn et de Toulouse. Depuis plus de 40 ans l’association organise des échanges étudiant avec son association partenaire de Bonn. Pendant une semaine en Allemange à Bonn et une Semaine à Toulouse, les étudiants participants qui logent chez leurs correspondants ne se limitent pas à découvrir les deux villes mais participent activement à des ateliers linguistiques, de TANDEM et interculturels. Pendant ces semaines, les participants proposent des évènements culturels ouverts à tous les habitants de ces deux villes. L’échange est une vrai plus-value pour les étudiants, qui, outre que découvrir une autre culture, trouvent souvent des stages et pour certains même un emploi dans les villes partenaires. Grâce au soutien de l’OFAJ, du CROUS, du Studentenwerk et des Universités, l’échange reste accessible aux étudiants boursiers. L’association participe aussi depuis trois ans activement à la Semaine Franco-Allemande de Toulouse en janvier avec Programmation musicale, des petites pièces et d’autres animations. Elle dispose d’une troupe de théâtre en Allemand fondée en 1987 par des étudiants de l’échange Toulouse-Bonn et Nourredine Hamadi. En 2003, sous la Direction de Jean-Paul Confais, elle initie avec les Anachroniques et le théâtre de la Digue le festival de théâtre contemporain Universcènes. Depuis lors, elle joue chaque année des pièces contemporaines allemandes en langue originale surtitres en français par les étudiants du CETIM. Depuis 2009, la troupe est dirigée par le metteur en scène Thomas Niklos, qui depuis 2012 monte aussi un opéra ou une pièce musicale allemande en parallèle avec les pièces contemporaines comme « Waldemarwolf » de Michel Décar, « Das blaue Gold » de Giorgia Doll, « Die Schneise » de Klaus Händl ou encore cette année « Liebesdienst » de Rebekka Kricheldorf.