Laissez-vous guider par les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs au travers de différentes thématiques qui nous concernent tous. Venez découvrir, chaque jour du mois de mai, une nouvelle façon de percevoir l'interculturalité et notre avenir européen. Écologique, intergénérationnel, urbain, créatif, instructif et interculturel : ce mois de mai sera riche en nouvelles découvertes ! C'est ensemble que nous voulons construire une richesse européenne. C'est par le partage d'expériences, de connaissances et de savoir-faire que nous choisissons de célébrer l'Europe !  

Ce mois de mai, nos Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs prennent la parole et vous proposent quotidiennement de vous engager davantage dans les questions européennes. Comment se rendre plus responsable d'un point de vue écologique? Qu'apportent les jumelages à l'Europe ? Comment pouvons-nous communiquer plus facilement, à l'échelle européenne? Comment s'organise la solidarité entre les générations ? Qu'en est-il de la paix en Europe ? Ce sont des questions qui, en tant qu'européennes et européens, peuvent nous permettre de repenser nos actions et nos modes de pensée. Avec le projet « 31 idées pour l'Europe », les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs vous proposent de conduire de nouvelles pistes de réflexion.

Les actions jusqu'ici

31 mai

Le mois de l'Europe prend fin aujourd'hui ! Merci à toutes et à tous de nous avoir suivis tout au long du mois de mai. Nous sommes heureuses et heureux d'avoir pu partager avec vous des idées, des activités et des expériences européennes. Pour finir en beauté, des Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs OFAJ vous invitent à redécouvrir la richesse et la diversité de nos villes européennes. Même s'il est encore difficile d'envisager de voyager à travers l'Europe, nous vous proposons de voyager virtuellement grâce à un petit jeu. Et vous ? Quelle est votre ville européenne favorite ? Cliquez ici.

30 mai

Aujourd’hui, Blandine, notre Jeune Ambassadrice en Vendée, nous présente le témoignage émouvant de Jacques Quéreau qui, à l’aide de son comité de jumelage, a réussi à retrouver sa famille allemande.

« Rien n'aurait été possible sans cet échange franco-allemand. L’Europe a réunifié nos peuples et nous permet de vivre en paix depuis 75 ans. » Ce mois de l’Europe nous permet, chaque année, de célébrer notre unité et les efforts de paix qui ont été effectué en Europe depuis 1945. Les comités de jumelages font notamment partie des initiatives européennes qui permettent la paix. Aujourd’hui, Blandine, notre Jeune Ambassadrice en Vendée, nous présente le témoignage émouvant de Jacques Quéreau qui, à l’aide de son comité de jumelage, a réussi à retrouver sa famille allemande.

Qui es-tu papa ?

1944 : Nantes est occupée et vit sous les bombardements alliés. C'est dans ce contexte de misère et de souffrance que je viens au monde au mois de juillet. J’ai une mère mais je n’ai pas de père.
Ma mère habite à Nantes depuis 1937 ; placée chez une tante, elle y apprend le métier de couturière. Cette naissance a dû être gênante pour certains car jamais personne n’a pu me dire où j'étais de ma naissance jusqu’à l'âge de 5 ans. Il faut dire que je suis né dans une famille enfermée dans un mutisme total. Je sais simplement que ma mère ne m'a jamais élevé sauf le temps de mon apprentissage de plâtrier où elle a daigné m'héberger (28 mois en 70 ans de vie).
Je rentre dans la famille à l'âge de 6 ans ; ma grand-mère me prend en charge tout le temps de l’école primaire. De ma grand-mère, je ne garde que des bons souvenirs. De l’époque de l’école primaire, je ne garde que de la méchanceté de ceux qui auraient dû être mes camarades : des brimades, des coups, une mise à l'écart, des insultes, des mots blessants à mon égard et celui de ma mère.
CAP en poche, je reviens en Vendée près de Moutiers-les-Mauxfaits. Ma profession me permet de rencontrer celle qui deviendra mon épouse ; nous aurons 3 enfants et 9 petits enfants. Mes enfants ne sont pas dupes : ils leurs manquent un grand-père ; jamais ils n'y feront allusion, par respect pour moi sans doute.
Fin octobre 2011, ma mère est en fin de vie. La clinique nous appelle et nous encourage à monter à son chevet pour l'assister dans ses derniers moments. Ma demi-sœur est sur place et prie notre mère de dire qui est mon père ; elle pose la question à 4 reprises et, dans un râle à peine audible, elle donne un prénom et un nom. Elle s'éteindra peu de temps après. Elle aura gardé son secret 91 ans et j’aurai souffert pendant 70 ans.
Le jour de la sépulture une vielle dame me demande si je suis le fils de Germaine et elle me dit : « Tu es le vrai portrait de ton père ». Cette dame va nous apporter beaucoup d'éléments sur la relation entre mon père et ma mère qui vont nous permettre d'entamer les recherches. 18 mois se passent quand arrive un dossier nous signalant que mon père est décédé en 1999 et repose dans un cimetière de Hambourg où habite un de ses fils. Mon papa est donc allemand et j'ai un frère.
C'est à partir de là que je fais appel au comité de jumelage de Moutiers-les-Mauxfaits qui me sera d'une grande aide. Je ne parle pas allemand et, Blandine, Jeune Ambassadrice à l’OFAJ, sera ma traductrice.
Je suis en relation avec mon frère depuis 2014. J'ai longtemps été indécis pour franchir le pas. Je me posais beaucoup de questions : A-t-il une famille ?
Comment va t-il réagir ? Et s'il ne me répond pas ? Qu'elle sera ma réaction ? Le comité de jumelage, ainsi que ma sœur, m'ont beaucoup aidé à franchir le pas et je les en remercie.
Septembre 2017 : on me fait part de la venue du président du jumelage d’Althengstett en Vendée avec sa famille. Il veut me rencontrer. On le reçoit chez nous, il est accompagné de son épouse. Je leur exprime mon désir d'aller me recueillir sur la tombe de mon père et de rencontrer mon frère. Mon interlocuteur promet de m'aider pour ce voyage.
Le 23 avril 2018, nous sommes à l'aéroport de Hambourg avec mon épouse, il est 14h. Des amis sont au rendez-vous. Au dernier moment, ils ont décidé de nous rejoindre pour nous aider dans la communication avec ma nouvelle famille. Depuis ce voyage, je suis apaisé. J’ai une nouvelle famille et je peux marcher la tête haute.

Rien n'aurait été possible sans cet échange franco-allemand. L’Europe a réunifié nos peuples et nous permet de vivre en paix depuis 75 ans. Son œuvre n'est pas terminé ; chacun de nous se doit d'apporter sa pierre à l'édifice. Nous le pouvons si nous croyons en ses valeurs. La fraternité, la solidarité, la tolérance, le respect de l'autre et le partage sont autant de pistes à notre portée.

Aidons à bâtir l'Europe ! C'est notre avenir.

Jacques Quéreau

29 mai

Voyager nous pose de plus en plus de défis. Devons-nous prendre le trajet le plus court ou le plus écoresponsable ? Plutôt le bus ou le train ? Ce sont des questions que nous allons certainement nous poser plus souvent dans des contextes de changement climatique et de développement durable. Une situation idéale pour un petit quiz dans notre story sur Instagram dans lequel vous pourrez découvrir quels trajets en Europe sont les plus écoresponsables. Il est possible que le bus ou le train ne soient pas toujours les moyens de transport privilégiés...

28 mai

Partez à la découverte des mots, de la Région Ile-de-France et du nord de l‘Allemagne.

Faïmath, Jeune Ambassadrice OFAJ à Paris, et Miriam, Jeune Ambassadrice OFAJ en Bourgogne, vous proposent un voyage à la découverte de la Région Ile-de-France et du nord de l‘Allemagne au détour de 11 villes historiques qui vous seront présentées en images et en devinettes ! Prêts ? Partez !

27 mai

Quel pourcentage d’Allemands vivent dans des villages ? Combien de bouteilles de vin sont produites chaque année en Bourgogne ? Venez tester vos connaissances grâce à ce quiz préparé par les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs OFAJ. Les régions françaises et allemandes n’auront bientôt plus de secret pour vous ! Cliquez ici.

26 mai

Malgré la situation actuelle, la vie devrait rester colorée et pleine de joie.  Et quoi de plus amusant qu'une soirée jeux à distance avec des amis - peut-être de toute l'Europe ?  Nos Jeunes Ambassadrice et Ambassadeur Nour et Philipp ont transformé pour vous un classique en jeu européen. Avec notre Petit Baccalauréat européen, des soirées divertissantes sont garanties et vous pouvez ainsi au moins faire un grand voyage européen imaginaire. Il suffit d'imprimer la feuille et de vous connecter avec vos amies et amis et c'est parti ! 

25 mai

Après plusieurs semaines de jeux et de lectures, faisons connaissance ! Dites-nous qui vous êtes et ce que vous aimez en répondant au questionnaire préparé par deux Jeunes Ambassadrices. Et profitez-en pour tester vos connaissances linguistiques !  Notre jeu vous permettra de réviser ! Rendez-vous sur notre page Instagram

24 mai

Un célèbre proverbe africain dit : « C’est au bout de l’ancienne corde que l’on tisse la nouvelle ». Un célèbre proverbe africain dit : « C’est au bout de l’ancienne corde que l’on tisse la nouvelle ». Inspirés par ces mots, des Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices de l’OFAJ ont interviewés, en France et en Allemagne, des individus de tout âge afin de nous faire part de leurs idées et de leurs expériences en ce qui concerne les relations intergénérationnelles. Selon eux, il est essentiel, en tant que jeune, de pouvoir repenser nos visions du monde et de partager nos expériences avec des personnes issues d’une autre génération. Voici leurs témoignages !

Anna (26), Allemagne

Ma grand-mère a connu une Europe différente. Elle a connu l’Allemagne sous le nazisme et a vécu dans une Allemagne divisée, marquée par des frontières remarquables bien que les habitants aient cette même appartenance culturelle et sociale. Aujourd’hui il semble être normal de pouvoir aller en Pologne ou en France sans problèmes. Il est vrai qu´il existe toujours des différences culturelles mais au moins la libre circulation des individus en Europe est effective et valorisée. Je me souviens une fois avoir travaillé dans un magasin où se trouvait une dame retraitée d´environ 60 ans. C´était si bien qu´elle nous parle de sa vie, de son passé et de toutes les choses passionnantes qu´elle a entrepris, comme par exemple son engagement social et ses combats pour diverses causes. Son histoire est si inspirante pour moi.

Didier (72), France

Je suis toujours très heureux quand j´entreprends quelque chose avec la jeune génération. Cette nouvelle génération est engagée sur tous les fronts et se préoccupe des grands défis de ce siècle : les problèmes environnementaux, le populisme montant, la question migratoire, etc… De mon temps, les priorités se trouvaient ailleurs et je suis souvent si content de pouvoir partager cette expérience de mon époque avec les jeunes qui me côtoient. Ce contact entre les générations est plus que nécessaire car il prend en compte le présent, le futur mais également le passé.

Gerlinde (78), Allemagne

Les relations intergénérationnelles désignent un apprentissage mutuel entre des personnes issues de générations différentes. C´est par ces relations intergénérationnelles qu´intervient un échange profitable des savoirs et des expériences, pour les jeunes comme pour les plus âgés. Nous avons souvent l’impression de nous sentir utiles auprès des jeunes mais eux le sont aussi, notamment lorsqu’ils nous apportent une aide immense dans l´utilisation des nouvelles technologies. C´est pourquoi, le plus formidable dans les échanges entre les générations est cet aspect de réciprocité.

Emma (21), France

Sur un autre plan, encore ignoré par la plupart d’entre nous, les relations intergénérationnelles empêchent que les individus soient submergés par la solitude. En effet, on a tendance à penser que la solitude ne concerne que les personnes âgées mais il y a également beaucoup de jeunes qui sont vraiment esseulés, cachés derrière leurs smartphones et leurs ordinateurs.

Wifak (26), Tunisie

J´ai eu la chance de grandir dans un environnement où les relations intergénérationnelles, notamment avec les grands-parents, s´imposent culturellement. Je devais régulièrement rendre visite à mes grands-parents ; sans oublier le fait que sur mon lieu de travail, je travaille également avec des personnes âgées. Je remarque qu´elles se réjouissent toujours de mes idées et de mes propositions qu´elles trouvent novatrices et modernes. Cette joie montre leur intérêt à coopérer professionnellement avec les jeunes générations.

23 mai

« Depuis lors, nous sommes une famille européenne. Et nous savons combien la paix est précieuse et qu'elle requiert l'engagement de chaque individu. »
À l’occasion des 75 ans de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, notre Jeune Ambassadrice à Paris, Lisa Thiel a recueilli l’incroyable témoignage de sa mère qui découvrit par surprise l’existence de sa sœur française.

J'ai toujours eu une grande affinité pour la France. J'y ai souvent passé mes vacances. Les paysages sont tout simplement magnifiques et j'aime la langue et la culture française.

L'histoire des deux pays est étroitement liée, surtout au début du XXe siècle où il y a eu des échanges animés entre artistes et intellectuels. Et pourtant, les deux nations furent ennemis lors des deux guerres mondiales.

C'est pourquoi je pense que le renforcement de l'amitié franco-allemande est essentiel. Les gestes politiques comme ceux de Kohl et Mitterrand à l'époque sont importants, tout comme les liens « à petite échelle  » tels que les jumelages.

Entre Solingen et Chalon-sur-Saône, il y avait déjà, à mon époque, des possibilités de mobilité pour les jeunes. Une de mes amies infirmières a réalisé sa première expérience à l’étranger dans un hôpital français. Les clubs sportifs des deux villes se sont rendus visite et les écoliers ont pu passer du temps dans le pays voisin. Pour qu'une telle chose se produise et soit maintenue, l'engagement des enseignants est crucial. À l'époque, j'ai encouragé ma fille à participer et j'ai demandé à maintes reprises à l'enseignant que l'échange ait lieu. 

Mon lien très personnel avec la France est apparu de manière inattendue : en 2005. Ma mère se tenait devant la porte, une lettre à la main. Cette lettre venait du centre d'information de la Wehrmacht à Berlin (WASt). Il s’agit d’une agence qui aide les gens à retrouver la trace de leurs parents ou grands-parents qui ont vécu la Seconde Guerre mondiale. Une française, résidant en Bretagne, les avait contactés. Nous savions que mon père (qui était malheureusement décédé plusieurs années auparavant) avait dû travailler comme prisonnier de guerre en France, mais nous ne savions pas qu’il avait une fille. C'était avant même qu'il ne rencontre ma mère. Mais il avait (malgré le travail forcé qu'il y a effectué) toujours été très enthousiaste à propos du pays et même après sa libération. Il est même volontairement resté plus longtemps - apparemment pas sans conséquences.
Alors, tout d’un coup, j'ai eu une sœur !

Il s'en est suivi des courriels, des lettres et des visites mutuelles. C'était la première fois qu'elle entendait des histoires concernant son père et c'était important de pouvoir se rendre sur sa tombe avec elle. Elle me disait qu'il était important pour elle de connaître ses racines.

Depuis lors, nous sommes une famille européenne. Et nous savons combien la paix est précieuse et qu'elle requiert l'engagement de chaque individu.

22 mai

Vous adorez déguster des bons steaks ou voulez tout simplement voir quel impact notre alimentation a sur l‘environnement ? La story instagram d‘aujourd‘hui est parfaite pour vous. Avec comme bonus une recette pour des alternatives végétaliennes à vos repas préférés. Téléchargez ici la recette. Notre Eco‘tella du 7 mai accompagne d‘ailleurs parfaitement les crêpes !

21 mai

Les habitudes humaines ont un impact important sur l’écologie. Le confinement a été l’occasion de le voir d’une autre manière. Découvrez avec les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs OFAJ les effets de ces deux mois de ralentissement sur la nature, et testez vos connaissances sur le vocabulaire du changement climatique !

20 mai

Aujourd‘hui, plus que jamais, nous nous rendons compte de l‘importance d‘entretenir des relations entre les différentes générations. Leonie, notre Jeune Ambassadrice à Leipzig, nous raconte son expérience en tant que bénévole dans une maison de retraite en France.

19 mai

La version instrumentale de «Freude schöner Götterfunken » ou « Ode à la joie » est une mélodie  connue par tous en Europe. Mais chaque État membre a également son propre hymne national avec lequel il se présente lors d’événements particuliers, que ce soit pour chanter lors des fêtes nationales ou pour les moments d'émotion au football. Cependant, pour la plupart des hymnes nationaux, il n'existe pas de traduction généralement acceptée - ni pour le titre, ni pour le texte ! Parvenez-vous à attribuer ces belles mélodies à leur pays d'origine ? Testez vos connaissances sur instagram !

18 mai

La crise sanitaire que nous vivons nous empêche de nous déplacer d’un pays à l’autre. L’Europe nous offre toutefois de nombreuses façons de voyager autrement ! Répondez à notre questionnaire en story Instagram et racontez-nous votre dernière expérience européenne !

17 mai

Face à la crise du coronavirus, de nombreux pays européens ont fermé leurs frontières intérieures et extérieures, compliquant plus que jamais la situation des réfugiés sur le continent. À toutes les échelles, des initiatives montrent que l’espoir d’une meilleure gestion de ces enjeux persiste. Découvrez-les dans cette vidéo réalisée par les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs OFAJ !

 

16 mai

Les jumelages entre des villes et des régions françaises et allemandes sont l’un des plus importants projets pour la paix qui existent entre nos deux pays. La première rencontre de notre jeune ambassadrice Bernarda avec la France a eu lieu à l’âge de 14 ans. « Ma professeure de français cherchait des participants pour un échange avec la ville jumelée de Saint-Jean-de-la-Ruelle, et j’ai tout de suite trouvé l’idée plutôt cool. J’ai passé deux semaines à m’éclater et me suis fait de nombreux nouveaux amis. Je me rappelle à quel point j’ai trouvé ça bizarre quand au cours de mon premier repas dans la famille j’ai coupé le pain avec mon couteau avant de remarquer que tout le monde le rompait simplement :D. Plus j’y pense, plus je suis séduite par les perspectives qu’ouvrent les jumelages. »

Les premiers jumelages ont été créés peu après la Seconde Guerre mondiale, afin d’amener à la paix entre les deux pays. Un vrai succès, si vous nous demandez notre avis ! Le premier jumelage a été fondé entre Montbéliard et Ludwigshafen en 1950, il y en a aujourd’hui plus de 2 200, plus que n’importe où ailleurs dans le monde ! La plupart d’entre eux sont nés dans les années 1960, à la fin de la Guerre Froide ainsi qu’autour de l’an 2000. Des associations, des hommes politiques et des écoles se rendent visite mutuellement, comme Bernarda avec son école. Des offres sportives et culturelles permettent ainsi à des gens qui ont peu d’interactions internationales au quotidien d’avoir un lien personnel avec l’Europe.

Cependant, seul un quart des participants aux programmes organisés par les jumelages a moins de 30 ans, plusieurs villes ont non sans raison peur de voir leurs relations disparaître. D’où une nouvelle idée pour l’Europe : encouragez les jumelages, engagez-vous dans leur organisation et découvrez tout ce que votre ville jumelée a à offrir !

Avez-vous déjà visité la ville jumelée avec la vôtre ? Quelle a été votre plus belle expérience de jumelage ?
Racontez-nous cela sur Instagram et testez-vos connaissances sur les jumelages avec notre quiz en story instagram. !

15 mai

Ta poubelle déborde et tu ne sais pas quoi faire? En créant quelque chose de nouveau grâce à l‘upclycling !  Nos Ecoambassadrices et Ecoambassadeurs te montrent comment transformer une brique de lait ou de jus en un pot de fleurs ou un pot à crayon. Retrouves le tuto étape par étape dans notre story instagram.

14 mai

Révisez votre vocabulaire européen en français et en allemand grâce au memory que les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs vous ont préparé !

13 mai

Le jardinage urbain – le poumon vert d’une grande ville

Le jardinage urbain rencontre un succès grandissant dans de nombreuses villes. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le jardinage urbain désigne un jardin, privé ou partagé, implanté sur un petit terrain souvent à l’abandon, en pleine ville, ou sur un balcon. Les jardins contribuent à améliorer le microclimat, embellissent les grandes villes maussades, augmentent la biodiversité et attirent les insectes. Cette tendance n’est pas intéressante seulement pour la nature : les jardins urbains permettent aussi de créer des espaces ouverts de rencontres et d’échanges, et c’est ainsi que des citadins anonymes se rassemblent, donnant naissance à de véritables communautés interculturelles.

Le Prinzessingarten situé dans le quartier de Kreuzberg à Berlin est un exemple très connu en Allemagne. Il y a onze ans, on n’y trouvait qu’un terrain en friche jonché d’ordures. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 variétés de légumes et de plantes qui poussent sur une surface de 5800m2. Le projet vit grâce aux recettes du restaurant du jardin, et par la vente des récoltes. Le quartier de Berlin-Kreuzberg ne compte que peu d’espaces verts et les problèmes sociaux y sont nombreux. Le Prinzessingarten offre désormais un lieu d’échange et de partage. Au fil du temps, c’est un nouvel espace de vie urbaine qui s’est créé.

En France, la tendance du jardinage urbain gagne aussi du terrain. L’initiative du „permis de végétaliser“ développée à Paris, a pour but d’aménager 100 hectares de végétation sur les murs et les toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine, pour l’année 2020. Chaque citoyen peut devenir un „jardinier de l’espace public“ et est encouragé à lancer son propre projet de jardin en ville. Des kits de plantes contenant de la terre et des graines sont mis à la disposition des participants par la ville. De la plantation d’arbres fruitiers à la construction de murs vivants en passant par un jardin suspendu – la créativité des jardiniers est sans limite.

Pour terminer, nous vous présentons un projet qui se réalise facilement dans son jardin ou sur son balcon. Que diriez-vous de créer votre propre hôtel à insectes ? Vous offrirez ainsi un lieu de nidification et d’hibernation aux insectes utiles que sont les bourdons, les abeilles sauvages, les guêpes, les chrysopes vertes ou les perce-oreilles. Ces insectes assurent la pollinisation et sont un moyen économique et naturel de lutte contre les nuisibles, contribuant ce faisant à préserver l’équilibre écologique.

Vous avez besoin d’une boîte de conserve, de laine, de perles en bois, de feutre, de colle et de ciseaux. Pour remplir la boîte de conserve, vous pouvez utiliser des tiges de bambou, des rouleaux de carton ondulé, des copeaux de bois, de la paille et de petites brindilles. Vous pouvez bien sûr laisser libre cours à votre créativité. Et si votre hôtel à insectes prenait la forme d’une abeille ou d’un animal fantastique ?

Amusez-vous bien !

12 mai

Entre deux langues, il y a souvent des paires de mots différentes.  Elles sont très similaires mais ont des significations différentes dans leur langue respective. Saurez-vous les démasquer ?

Retrouvez notre jeu sur Instagram et testez vos connaissances !

11 mai

Une génération ? Plusieurs générations ? Qu’est-ce que l’échange intergénérationnel ? Toutes les générations doivent se soutenir mutuellement, partager leurs connaissances, établir des liens, surtout en cette période de crise en Europe et dans le monde. C'est aussi cela l'identité européenne ! Cette identité comprend les histoires du passé, les évènements d’aujourd’hui et les idées demain. Nous pourrions penser que certaines générations ne s'intéressent qu'au passé alors que les jeunes ne s'intéressent qu'à l'avenir. Cependant, il est essentiel de créer des ponts entre ces différentes générations. Si certains peuvent être dépassés par l'évolution technologique rapide, d'autres peuvent manquer d'expérience. C’est pourquoi, nous devrions renforcer notre cohésion, tous ensemble.

Rendez-vous en story sur notre page Instagram pour tester vos connaissances sur le sujet !

10 mai

Les relations franco-allemandes sont particulièrement visibles dans la région frontalière. Dans les villes de cette région, l‘échange franco-allemand se vit au quotidien, par exemple en travaillant ou en étudiant dans le pays partenaire. Dans notre quiz, nous souhaitons mettre en avant les villes de la région frontalière franco-allemande telles que Fribourg, Strasbourg, Metz, Sarrebruck ou encore Karlsruhe dans le but de montrer que les frontières nationales se dissoudent dans ces villes où  les relations amicales y sont percues comme naturelles. 

9 mai

Le 9 Mai est la Journée de l’Europe ! Nous, en tant que jeunes adultes, vivons cette union tous les jours. Laissez-vous inspirer par les histoires de nos Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs. Toutes et tous ont intégré l’UE dans leur formation et la traversée des frontières est donc devenue leur quotidien. 

 

8 mai

Le 8 mai 1945 marque la fin du terrible conflit que fut la Seconde Guerre Mondiale. C'était il y a 75 ans, jour pour jour. Cela fait 75 ans que ce jour marque le besoin de perpétuer la mémoire des victimes  de cette guerre et de se rappeler à quel point la paix est précieuse. Notre Jeune Ambassadrice de Saxe-Anhalt, Skady Luise, a participé à un workcamp dans un cimetière français de la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd'hui, elle nous raconte.

Il y a trois ans, j'ai participé à un Workcamp organisé par l’OFAJ et le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge. Nous étions vingt jeunes entre treize et dix-sept ans, originaires de France et d'Allemagne. Nous avons passé deux semaines près de Lyon, en France. Je n'avais jamais pris part à un tel projet auparavant et je ne savais pas à quoi je serai confrontée. J'avais seulement lu que nous travaillerions dans un cimetière des victimes de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque nous sommes arrivés à la petite et belle ferme où nous allions séjourner pendant les deux semaines suivantes, j'ai tout de suite été excitée. J'avais participé au projet avec une amie et nous partagions une chambre avec deux françaises. L'ambiance était super sympa, il faisait très chaud en plein été, nous avons adoré la cuisine française et le soir, nous avons regardé les nombreuses étoiles filantes sur le court de tennis à côté. Nous nous sommes immédiatement liés d'amitié avec beaucoup d'autres personnes et nous avons amélioré notre français lors des animations linguistiques et dans les conversations quotidiennes. 

Lorsque nous sommes allés au cimetière pour la première fois et que j'ai vu les 20 000 croix blanches, j'ai été incroyablement surprise. Tout d'abord, la vue est tout simplement folle - toutes les croix et tous les gens qui y sont enterrés... Mais j'ai été encore plus surprise quand j'ai pensé qu’il s’agissait de nos ancêtres communs qui y étaient enterrés. Nous avons pu consulter les archives des noms et beaucoup d'entre nous ont trouvé des personnes portant le même nom de famille. Nous avons également raconté beaucoup d'histoires sur nos ancêtres – beaucoup d'entre nous savaient ce qu'ils avaient fait pendant la Seconde Guerre mondiale – et toutes les histoires étaient très tristes.

Chaque jour, nous nous rendions au cimetière pour nettoyer les tombes et préparer un service pour les habitants du petit village. On m'a permis de dire l'intercession en allemand avec une Française qui l'a récitée en français. Ce fut le moment le plus émouvant pour moi. J'étais si heureuse que cette guerre soit terminée et que nous soyons maintenant réunis dans ces lieux et que nous pensions ensemble à nos ancêtres. Qu'auraient dit nos arrière-grands-pères s'ils avaient su que nous serions un jour solidaires comme cela ?

En résumé, je peux dire que cette rencontre a beaucoup changé ma vision de la Seconde Guerre mondiale. C'est toujours quelque chose de très inimaginable ce que l'on lit dans les livres d'histoire et nous ne pouvons pas imaginer aujourd'hui avec l'Union européenne et toutes les possibilités que nous avons en Europe qu'une telle chose soit possible.

À cette période-là, j'ai vu une citation de Jean-Claude Juncker, qui m'a fait réfléchir et qui décrit très bien mes expériences : "Celui qui doute de l'Europe devrait visiter les cimetières militaires. On y voit à quoi doit aboutir la non-Europe, l'opposition des peuples, le non-vouloir, le non-faire avec les autres. C'est pourquoi les cimetières militaires de toute l'Europe sont des témoignages permanents du fait qu'il reste un devoir sacré : celui de ne pas laisser l'amitié européenne s'éteindre. Ceux qui sont ici comprennent mieux l'Europe" (Jean-Claude Juncker, 2005, lors d'une cérémonie de commémoration au cimetière de guerre allemand de Sandweiler au Luxembourg).

7 mai

Tu en as marre des pâtes à tartiner lambda du supermarché et souhaites avoir une alternative sur ton croissant le matin ? Nos Ecoambassadeurs et Ecoambassadrices te montrent comment faire : Produis toi-même ton propre Eco‘Tella ! Tu peux télécharger la recette ici. Et un tuto étape par étape se trouve dans notre story sur instagram.

6 mai

Samedi, vous avez fait connaissance de la méthode „animation linguistique“ et aujourd‘hui, ce sera plus concret, nous aimerions interagir avec vous ...

Si vous voulez savoir comment les méthodes de l’animation linguistique fonctionnent et vous voulez en connaître davantage, voici notre brochure.

Nos trois animations linguistiques préférées :

  1. Assoziationsspiel (l’associogramme) (Reader, S. 154/155)
  2. Autogrammjagd (la chasse aux signatures) (166/167)
  3. Der Regen am Amazonas (la pluie tropicale) (228/229)

Ces méthodes s’appliquent aussi en dehors du contexte franco-allemand, par exemple dans des échanges trinationaux !

5 mai

Testez vos connaissances sur les capitales européennes avec ce quiz !

4 mai

Toute l’Europe passe actuellement ses journées entre 4 murs. Derrières des murs de masques, on ne reconnaît plus personne et il est devenu difficile de franchir les frontières européennes. Mais quels murs existent encore dans nos vies et notre société ? Comment pouvons-nous les franchir ? Ce sont les questions que se sont posées de jeunes Français et Allemands pour le projet “L’art fait le mur”. Découvrez dans ce memory quelques-uns des 500 dessins de l’oeuvre complète. Vous pouvez choisir d’y jouer avec 5 pour commencer doucement ou 10 paires si vous êtes un battant ! 

3 mai

Lorsqu'on entend parler de "Générations", plusieurs questions nous viennent à l'esprit...Les Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs répondent à certaines de ces questions, dansle cadre du projet "Bridges between Generations".

2 mai

 

Comment faire connaissance et communiquer de manière ludique malgré des langues maternelles différentes ?
A l'aide des animations linguistiques de l'OFAJ bien évidemment ! Un petit aperçu de la méthode "animations linguistiques" vous est présenté dans un premier temps, illustré ensuite d'un exemple d'animation "Je fais ma valise". Cette méthode peut être utilisée en différentes langues et c'est pour cela qu'elle est européenne à 100 %, car chaque langue est estimée.

Plus d'infos sur les animations linguistiques.

Et le meilleur : l'OFAJ propose des formations à l'animation linguistique.

Les dernières formations de l'année auront lieu:

  • Hambourg, du 25 au 29 novembre 2020 DOCK Europe (avec certificat)
  • Bretagne, du 6 au 11 décembre 2020 (avec certificat)
  • Lyon, du 28 octobre au 3 novembre 2020

1 mai

Commençons le Mois de l'Europe avec un flashback : l'an dernier, il y a eu l'élection d'un nouveau parlement européen. Le réseaux des Jeunes Ambassadrices et Ambassadeurs de l'OFAJ s'est adressé aus jeunes du même âge pour les encourager à aller voter. Ainsi, il leur a posé la question suivante: « qu'est-ce que l'Europe ? ». La réponse est encore actuelle: