Une grande partie des rencontres proposées et subventionnées par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) réunissent des participant.e.s venu.e.s de France, d’Allemagne et d’un troisième pays. Il s’agit de renforcer l’apprentissage interculturel et l’engagement citoyen des jeunes et entre les jeunes, en Europe et dans les pays voisins.

Forme et contenu des projets trinationaux

Publics cibles

Les rencontres trinationales s’adressent à tous les publics visés par les projets subventionnés par l’OFAJ, c’est-à-dire tout groupe de personnes âgées de 3 et 30 ans. Les rencontres peuvent se dérouler dans le cadre scolaire ou extra-scolaire et s’adressent en particulier aux collégien.ne.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, apprenti.e.s ou aux jeunes en début de carrière ou en voie d’insertion professionnelle.

Forme

Pour qu’une rencontre trinationale soit éligible à un subventionnement, il convient d’observer quelques lignes directrices dans la conception et l’organisation du projet :

  • trois phases de rencontre, une dans chaque pays (principe de réciprocité),
  • durée du projet : un à trois ans,
  • durée d’une rencontre : 4 à 21 jours,
  • 50 participant.e.s maximum (accompagnateurs.trices inclus.e.s),
  • un nombre équilibré de participant.e.s entre les trois pays,
  • participation équitable des organisations des trois pays dans la conception du projet,
  • présence des trois langues lors de l’échange.

Contenus

Pour pouvoir prétendre à un subventionnement mais aussi garantir la réussite du projet, il convient également de respecter un certain nombre de critères sur le plan du contenu et de la méthode.

Les programmes trinationaux doivent s’appuyer sur un projet et comporter un axe thématique. Ils aborderont des thèmes actuels touchant à la société, à la (géo)politique et/ou la politique étrangère, par exemple :

  • histoire et avenir de l’Europe,
  • démocratie et droits de l’Homme,
  • éducation citoyenne et participation des jeunes,
  • formation professionnelle.

Afin d’apporter une valeur ajoutée au projet, il conviendra de traiter ces thèmes dans une perspective franco-allemande. L’objectif est de faire partager l’expérience de la coopération franco-allemande au niveau européen et de faire en sorte que l’expérience de la réconciliation entre les deux pays serve d’inspiration aux pays tiers.

En outre, il est important de recourir à des méthodes spécifiques afin de promouvoir l’apprentissage interculturel, , l’éducation citoyenne et l’éducation à la paix. Des méthodes relevant de la pédagogique culturelle ainsi que des pratiques culturelles pourront être intégrées afin de faire découvrir ces grands thèmes politiques.

D’autres aspects importants méritent d’être pris en compte :

  • phases de préparation et évaluation,
  • participation active des jeunes à la conception et à la mise en œuvre de la rencontre,
  • intégration de jeunes ayant moins d’opportunités,
  • animation linguistique où une place sera accordée à chacune des trois langues.

Pays et régions prioritaires

L’OFAJ apporte son soutien à des projets trinationaux avec des pays d’Europe ainsi, des pays orientaux limitrophes de l’Europe et des pays du pourtour méditerranéen. Les subventions peuvent être accordées aux pays des zones suivantes :

  • Europe centrale et orientale,
  • Europe du Sud-Est,
  • pays du Partenariat oriental,
  • pays du sud et de l’est du pourtour méditerranéen,
  • pays européens en situation de crise.

Une subvention pourra être octroyée à titre exceptionnel aux projets incluant des participant.e.s de plus de trois pays. La condition d’attribution est liée au contenu et à l’objectif du projet. Les participant.e.s pourront par exemple effectuer un travail sur le réconciliation en s’inspirant de l’amitié franco-allemande.   

Exemples de coopérations régionales où des thèmes comme l’histoire et le travail de mémoire, l’identité et l’intégration peuvent être abordés dans le cadre de rencontres quadrinationales : Turquie/Arménie, Turquie/Chypre, Hongrie/Slovaquie, Kosovo*/Serbie, Croatie/Serbie, Algérie/Maroc, Israël/ Territoires palestiniens.

* Cette désignation est sans préjudice des positions sur le statut et est conforme à la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi qu’à l’avis de la CIJ sur la déclaration d’indépendance du Kosovo.

Soutien financier

Demande de subvention

Pour solliciter une subvention auprès de l’OFAJ, il suffit de remplir le formulaire et de l’envoyer directement au bureau compétent.

Fonds spéciaux

Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’Auswärtiges Amt mettent à disposition de l’OFAJ des fonds spéciaux pour des projets trinationaux avec des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) et les pays de l’Europe du Sud-Est (PESE).

Les projets subventionnés se distinguent par leur caractère innovant, sont étroitement en lien avec la politique extérieure et abordent les axes thématiques définis par l’OFAJ.

Un financement par le biais des fonds spéciaux apporte une garantie supplémentaire sur le niveau de la subvention et éventuellement une plus grande visibilité politique.

Le dépôt de candidature pour une subvention dans le cadre des fonds spéciaux s’effectue l’année précédant la rencontre. Le calendrier, variable selon les régions, peut être consulté sur le site de chacune d’entre elles.   

La vocation européenne et internationale de l’OFAJ

Depuis sa création en 1963, l’OFAJ s’emploie à favoriser les échanges et une meilleure compréhension entre les jeunes de France et d’Allemagne pour encourager les décideurs.euses de demain à s’impliquer activement, et le plus tôt possible, pour l’idée européenne.

Promouvoir cette idée par le financement de projets à caractère sociétal et politique fait en effet partie de l’une des priorités de l’OFAJ.

Chronologie

Comme le précisent ses textes fondateurs de 1963, le travail de l’OFAJ se situe dans une perspective européenne et internationale. L’ouverture progressive des programmes aux pays tiers depuis les années 1970 offre aux participant.e.s l’occasion, au-delà de l’approfondissement de l’amitié franco-allemande, d’évoluer dans un contexte international et interculturel et de vivre des expériences communes.

  • 1971 : les programmes trinationaux sont mentionnés pour la première fois dans les directives,
  • 1976 : ouverture des programmes aux pays de la Communauté européenne,
  • 1979 : ouverture des programmes aux pays extra-communautaires,
  • 1991 : ouverture des programmes aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et subventionnement de projets avec les pays du pourtour méditerranéen (notamment du Maghreb),
  • 2000 : ouverture des programmes aux pays de l’Europe du Sud-Est (PESE),
  • 2014 : ouverture des programmes aux pays du Partenariat oriental. Une priorité est également accordée aux pays du pourtour méditerranéen (Maghreb) et aux Pays européens en situation de crise.

Objectifs

Le principal objectif du travail trinational de l’OFAJ est de préparer les jeunes générations à coopérer avec les pays européens et leurs voisins. Compte tenu du poids du tandem franco-allemand dans l’UE, il est particulièrement important de préparer les décideurs.deuses et multiplicateurs.trices de demain à jouer leur rôle.

Lors des rencontres trinationales, les participant.e.s acquièrent les compétences nécessaires à la coopération européenne et internationale. Ces rencontres sont fondées sur le dialogue interculturel, la compréhension et l’apprentissage mutuels.

Les programmes d’échange visent à véhiculer les valeurs européennes telles que la démocratie, la solidarité et la tolérance, afin de renforcer la société civile et l’engagement citoyen. En mettant l’accent sur l’éducation citoyenne et la prévention des crises, ils permettent aux participant.e.s de se percevoir comme les actrices et les acteurs de l’intégration européenne et du dialogue apaisé entre les nations et les cultures. En s’appuyant sur la réconciliation franco-allemande et les expériences de coopération européenne et internationale, les participant.e.s ont aussi l’occasion de se pencher activement sur leur histoire commune. L’échange sur leurs manières différentes d’appréhender leur passé commun représente un élément important dans la promotion de l’entente et du vivre ensemble.

Les avantages des rencontres trinationales

Les rencontres trinationales apportent une forte valeur ajoutée sur le plan interculturel : en réunissant des participant.e.s de trois pays différents, elles fournissent un cadre idéal pour vivre la pluralité et favorisent un échange de perspectives et d'opinions différentes qui va au-delà du dialogue franco-allemand. Elles offrent d’autres avantages tant sur le plan de l’acquisition linguistique que de la sensibilisation interculturelle.

Intérêt linguistique

Lors d’une rencontre trinationale, la langue est perçue comme un outil de communication. Elle est activement utilisée même lorsqu’aucun.e natif.ve n’est présent.e. Les participant.e.s perçoivent alors la valeur ajoutée qu’apporte l’apprentissage commun et peuvent prendre conscience des progrès qu’ils réalisent. Elles et ils parviennent à vaincre leur peur de « faire des fautes » et chacun.e bénéficie d’un soutien linguistique.

Intérêt interculturel

Amener les jeunes à réfléchir sur la perception qu’elles et ils ont d’elles et eux-mêmes et des autres ainsi qu’à déconstruire les stéréotypes et les préjugés est plus aisé à mettre en œuvre dans le cadre d’une rencontre où sont réunis des participant.e.s venu.e.s de trois pays différents. L’expérience montre que la présence de jeunes originaires d’un troisième pays accentue l’effet des échanges (phénomène de triangulation) et permet de mieux appréhender la diversité culturelle de nos sociétés. Les participant.e.s se familiarisent ainsi aux habitudes et pratiques du pays voisin ainsi qu’à celles d’un autre pays européen.

La participation de jeunes originaires d’un troisième pays, notamment hors UE, permet aux jeunes Français.es et Allemand.e.s de découvrir le quotidien, les attentes, les mentalités d’autres jeunes qui, pour une partie d’entre eux, regardent l’Europe « de l’extérieur ». Cette nouvelle perspective apporte une nouvelle réflexion sur l’Europe. Les participant.e.s parviennent à mieux cerner leurs similitudes et à comprendre que, malgré leurs différences, ils sont très proches. Ensemble, ils prennent conscience de la responsabilité de leurs pays envers l’Europe ou sur les sujets d’envergure mondiale.

Une vision européenne

Les stages ou rencontres incluant des participant.e.s de trois pays au minimum encouragent l’apprentissage sur l’Europe ; et la comparaison des points de vue de ces jeunes citoyen.ne.s. européen.ne.s contribue à faire avancer le projet européen. L’idée européenne et la démocratie deviennent des réalités concrètes. Par ailleurs, ces rencontres permettent aux jeunes issu.e.s des pays tiers de mieux connaître la France, l’Allemagne et l’Union européenne.

Pour atteindre ces objectifs, l’OFAJ promeut une « pédagogie de la différence » : c’est en comprenant leurs différences culturelles que les jeunes parviennent à développer les un.e.s envers les autres un respect à la fois authentique et solide, qui est la base d’un dialogue durable.

Un outil précieux pour la société civile et l’éducation à la paix

Les changements de perspective générés par la pluralité des participant.e.s et leurs multiples façons de percevoir le monde aident les jeunes à porter un regard critique sur leurs éventuels préjugés et sur les événements sociaux et politiques, dès lors que ceux-ci sont replacés dans un contexte plus large. L’entente entre ces jeunes venu.e.s de différents pays repose sur une communication intense. Celle-ci sert non seulement à prévenir les crises et à renforcer le sentiment d’identification des jeunes à l’idée européenne, mais elle leur apporte également la preuve tangible qu’il est possible de s’engager pour des valeurs et objectifs communs au-delà des frontières de leur propre pays.

Intérêt historique

Les échanges entre jeunes de différents pays sur des thèmes historiques permet d’aller au-delà d’une interprétation strictement nationale de l’histoire en ouvrant celle-ci à des discussions où se confrontent divers points de vue. Ceci facilite le traitement de certains faits historiques et favorise la compréhension mutuelle par-delà le contexte franco-allemand. L’histoire de la réconciliation franco-allemande pourra être prise en exemple et servir de base pour désamorcer d'autres conflits.

Les rencontres trinationales avec des participant.e.s originaires d’Europe centrale et orientale offrent une occasion particulière aux jeunes Français.es de se sensibiliser à l’histoire locale, souvent en lien avec l’histoire allemande, ainsi qu’à la culture et à la situation actuelle dans ces pays. Dans les médias comme au quotidien, on entend moins parler de ces pays en France qu’en Allemagne. Les programmes d’échange avec le Maghreb permettent, quant à eux, de sensibiliser les jeunes d’Allemagne à des thématiques et des situations souvent marquées par l’histoire française. Ces rencontres permettent aux participant.e.s d’élargir leur point de vue sur l’histoire et de développer des contacts avec d’autres pays.