(Format PDF)

Courte présentation du projet

Le mouvement Fridays for Future illustre l’importance de la protection de l’environnement et du développement durable pour les jeunes du monde entier. Une étude réalisée par l’institut allemand SINUS a montré récemment que le thème de la protection du climat est celui pour lequel la jeunesse s’engagerait. En même temps, les résultats de l’étude montrent que souvent, les jeunes ne participent pas à des échanges de jeunes parce que les formats existants ne correspondent pas à leurs centres d’intérêt. Si les rencontres se déroulaient de manière plus respectueuse de l’environnement, cela contribuerait à améliorer la motivation à participer.


Avec ce projet, les jeunes apprennent à formuler leurs propositions pour un échange de jeunes « plus vert » (conditions de déplacement, hébergement, organisation du programme, alimentation, etc.) et à développer des exemples de formats concrets. Grâce à une subvention de l’OFAJ, un atelier de participation numérique des jeunes est en cours de réalisation, avec pour objectif d’appliquer les critères de protection de l’environnement et du climat dans les conditions-cadres des échanges de jeunes. L’accent est également mis sur des questions telles que la promotion de la conscience écologique ou de l’engagement en faveur de la protection du climat.


Le groupe cible de cet atelier est composé au maximum de 20 jeunes de France et d’Allemagne qui souhaitent s’engager dans ce domaine. Les jeunes impliqués dans des groupes d’action locale pour la protection du climat sont de plus en plus sollicités, afin que leurs idées et leurs perspectives soient intégrées. L’atelier est accompagné par nos partenaires de la recherche (Sebastian Zick et Sandra Petersen) afin qu’il permette de recueillir des connaissances le plus largement possible. Grâce à ces contributions, le projet présente une valeur ajoutée à un domaine de travail qui n’a jusqu’à présent pas été exploré, et qui peut être mis en relation avec des activités et des réseaux, notamment à l’échelle internationale. Cette approche sera diffusée grâce à la documentation détaillée du projet.

 

Objectifs du projet

  • Le projet respecte l’environnement pendant la réalisation de l’échange franco-allemand de jeunes.
  • Le projet réunit des réflexions pour améliorer l’attractivité des formats d’échanges franco-allemands de jeunes, afin d’atteindre de nouveaux groupes cibles.
  • Les jeunes participantes et participants acquièrent une expérience d’autonomie et d’efficacité grâce à une méthode basée sur la participation et sur la coopération internationale.
  • Les jeunes participantes et participants renforcent leurs compétences numériques.
  • Les résultats scientifiques contribuent à ce que les échanges internationaux de jeunes et d’étudiants se déroulent en respectant davantage l’environnement.

 

Activités et méthodes prévues

Le projet se concentre sur les méthodes de participation (numérique) des jeunes. L’atelier participatif des jeunes prévoit de mettre à contribution la méthode de « l’atelier du futur ». Il s’agit d’identifier les aspects critiques (phase de critique), de développer un idéal pour les échanges de jeunes (phase d’utopie) et enfin de mettre en place une idée réaliste d’un format concret (phase de réalisation). Les jeunes participantes et participants sont impliqués dans tout le déroulement du projet et participent à l’élaboration de ces différentes étapes.

 

Membres du groupe de recherche 

Sebastian Zick est chargé de recherche à l’Université européenne de Flensbourg. Son travail porte sur les impératifs et les narrations de la mobilité (éducative) et sur les processus d’européanisation dans la formation des adultes. 

Sandra Petersen, titulaire d’un Master, est chargée de recherche auprès de l’Institut de gestion d’entreprise à l’Université de Rostock. Ses recherches portent notamment sur l’internationalisation de la formation professionnelle et sur la mobilité professionnelle.

Alban Roblez, doctorant en sciences de l'éducation, est membre du laboratoire EXPERICE à l'Université Sorbonne Paris Nord (France). Son travail porte sur l'évaluation, approchée dans le monde de la formation d'adultes sous la perspective phénoménologique, en philosophie de l'éducation.